C-sens-ishan-seefromthesky.jpeg

Quelle est la dernière fois que vous avez regardé une personne avec envie ? Celui qui a obtenu le poste que vous convoitiez, ou celle dont la vie semble si équilibrée et épanouie… Nous sommes tous envieux au cours de la vie, que ce soit d’une personne dans son ensemble ou d’une situation en particulier. Et si on transformait ce péché capital en outil pour mieux se connaître et trouver sa juste place ?

Comprendre qui on envie et pourquoi

Qu’est-ce que l’envie exactement ? Il ne s’agit pas vraiment d’admiration, car il est possible d’admirer les réussites d’une personne sans se dire qu’on aurait voulu vivre la même vie nous-mêmes. Il ne s’agit pas vraiment de jalousie non plus, ce sentiment qui consiste plutôt à avoir peur de perdre ce que l’on a déjà.

Pour faire simple, ressentir de l’envie, c’est entendre parler d’une personne, de sa vie en général ou de certaines réussites en particulier, et ressentir de la convoitise, souvent mêlée de frustration. On aurait voulu être à sa place, vivre ce bonheur ou cette réussite.

Et si l’envie était, comme toutes les émotions que l’on ressent, un signal d’alarme de la part de nous-même ?

Quand je me remémore les gens ou les réussites que j’ai enviées au cours de ma vie, il s’agissait toujours de personnes aux situations assez proches de la mienne. Par exemple, je n’ai jamais envié la reine d’Angleterre. J’ai envié des situations auxquelles je pouvais m’identifier, qui auraient pu m’arriver. Comme si l’envie était une manière de me dire « Hey, tu veux accomplir ça dans ta vie, tu t’en rends compte ou bien ? On s’y met ? »

Je vois l’envie comme un cri intérieur, qui nous dit de prendre conscience de ce qu’on veut vraiment, de manière à consacrer ensuite du temps et de l’énergie pour y parvenir à notre tour.

Un exemple : l’envie d’écrire

Un jour, lorsque j’étais en master de japonais, l’une de nos enseignantes commença son cours par une grande nouvelle : l’un de ses étudiants de licence venait de publier un roman policier. Je me souviens d’avoir ressenti une intense vague d’envie : comment avait-il réussi une telle chose à vingt-deux ans à peine ? Quelle chance !

À l’époque, je n’ai pas placé mon attention sur cette envie. Je n’ai jamais rencontré ce jeune écrivain, les professeurs n’en ont jamais reparlé, et je suis passée à autre chose. Pourtant, cette envie était un signal fort : j’avais arrêté l’écriture de fiction depuis quelques années déjà à l’époque, et mon inconscient était en train de me dire que j’avais envie d’écrire. Il essayait de m’aider à m’en souvenir.

Mieux se connaître grâce à l’envie

Pour moi, l’envie se déclenche lorsque l’on n’a pas vraiment conscience de vouloir cette chose, et que du coup on ne fait rien pour l’accomplir en ce moment.

Attention, je parle ici de l’Envie. Le péché capital. Cette sensation qui vrille les entrailles, laisse un goût amer dans la bouche, nous laisse en proie à la frustration. Je ne parle pas de la petite paire de chaussures qu’on a aperçue en vitrine ou de l’envie d’une bonne bière fraîche après une longue journée de travail.

Qu’est-ce qui me fait penser que l’Envie se déclenche lorsque l’on n’a pas conscience de ce que l’on veut vraiment ?

Je vais reprendre l’exemple de l’écriture pour vous l’expliquer. Aujourd'hui, j’écris. Je participe à un forum d’auteurs, à des rencontres, je chronique des livres pour un site web, je rencontre des écrivains et j’envoie des textes en soumission à des maisons d’édition. À ce jour, je n’ai pas accompli ce que ce jeune écrivain de vingt-deux ans avait décroché à l’époque : je n’ai pas encore de roman publié. Pourtant, je n’ai pas ressenti d’envie à l’égard d’un autre auteur depuis que je me suis remise à écrire, malgré les nombreuses rencontres que j’ai faites.

J’en admire beaucoup, que ce soit leur plume, leur manière d’être ou leur engagement. J’apprends de leurs expériences et ça me fait vraiment plaisir lorsque l’un d’entre eux annonce une publication à venir. Mais je ne ressens plus d’envie. Et si c’était parce que j’ai pris conscience de mon besoin d’écrire et que du coup, le sentiment d’envie, ce signal d’alarme, n’a plus de raison d’être ?

La difficulté avec l’introspection, c’est que bien souvent, nous sommes insatisfaits de notre vie, nous savons ce que nous ne voulons pas, mais nous n’avons aucune idée du chemin que nous avons vraiment envie de suivre.

Si c’est votre cas, essayez de revenir sur les dernières fois que vous avez ressenti de l’envie. Pourquoi avez-vous envié cette personne ? Décelez le désir enfoui sous cette envie, la direction vers laquelle votre inconscient essaye de vous emmener. Qui sait, peut-être qu’avec le temps, vous arriverez à transformer cette envie en rêve, puis en projet…