C-but-moyen-final.jpeg

Ceux qui étudient le bonheur nous disent qu'il est important de donner du sens à notre vie, de nous sentir à notre juste place. Mais comment tracer ce chemin qui nous ressemble, et surtout, que faire lorsqu'on se perd en route? Peut-être qu'on peut trouver un élément de réponse dans la différence fondamentale mais souvent oubliée entre but final, et but de moyen.

Depuis que je suis toute petite, je suis fascinée par l'écriture. Je garde précieusement ce souvenir d'une petite fille de quatre ans à peine, installée à son petit bureau d'écolier, qui trace des boucles sur le papier car elle ne sait pas encore écrire. Mais elle sait qu'elle veut raconter des histoires. On pourrait penser qu'un tel moteur, une telle affinité, aurait guidé tous mes choix de vie. Et c'est le cas de certains auteurs ! Elizabeth Gilbert, par exemple, explique dans son livre Comme par magie qu'elle a passé un pacte avec elle-même dès ses 16 ans : elle va vouer sa vie à l'écriture, peu importent les difficultés.

Mais pour moi, le chemin a été plus chaotique, et je me suis souvent perdue en route. Ma plus grande errance a eu lieu entre mes 23 et mes 28 ans. À cet âge charnière où commence à peser la pression du diplôme et de l'indépendance financière, j'ai mis l'écriture de côté, sans même m'en rendre compte, pour décrocher stage de fin d'étude, CDD puis CDI. Je ne regrette aucun de ces choix, mais avec le recul, je pense avoir alors commis une erreur qui m'a fait perdre l'écriture de vue : j'ai confondu mes buts de moyen avec mon but final.

But de moyen et but final, quelle différence?

Le but final, c'est ce vers quoi vous souhaitez mener votre vie. C'est votre désir profond, votre espoir, votre rêve, votre moteur. C'est votre maison, comme dirait Elizabeth Gilbert. Ce qui vous fait vibrer, ce qui donne du sens à votre vie. La plupart d'entre nous ont plusieurs buts finaux, bien entendu, qu'il s'agisse de carrière, de famille, de projets... Dans mon cas, l'un de mes buts finaux est de raconter des histoires, de mieux en mieux, et de les partager autour de moi.

Le but de moyen, ce sont les étapes, les choses à accomplir afin de vous rapprocher de votre but final. Par exemple, si votre but final est de partir dans l'espace, un but de moyen va être d'obtenir les diplômes et les accréditations pour devenir astronaute. Pour d'autres projets, un but de moyen peut être d'économiser de l'argent (pour aller faire un tour du monde par exemple, ou bien pour soutenir une activité créatrice) ou encore de trouver un travail dans un certain domaine. Par exemple, dans mon cas de l'écriture, décrocher un stage en entreprise, puis un emploi, est un but de moyen. Cela m'a permis de me familiariser avec le monde du travail et de gagner de l'argent pour vivre en écrivant.

Quand le but de moyen occulte le but final

Vous l'aurez compris : le principe du but de moyen est d'être un prérequis, une étape vers le but final. Il donne les moyens d'arriver à votre véritable objectif, votre rêve, votre aspiration. Mais le danger, c'est lorsqu'on commence à se focaliser tellement sur le but de moyen qu'on en oublie le but final. Au lieu de travailler dessus tout en mettant en place les stratégies pour atteindre le but final, on finit par focaliser tout notre temps et notre énergie au but de moyen, laissant peu à peu le but final s'effacer en arrière-plan.

C'est ce qu'il m'est arrivé lorsque j'ai concentré toute mon énergie sur mon diplôme et mon début de carrière, en arrêtant progressivement d'écrire sans m'en rendre compte. Peut-être aurais-je passé les mêmes diplômes et postulé aux mêmes emplois si j'avais gardé mon but final en tête. Mais j'aurais continué à écrire en parallèle. Ou peut-être aurais-je sélectionné un diplôme qui me rapproche du monde de l'écriture, ou encore un emploi dans un domaine qui me permette d'améliorer ma connaissance du monde du livre. Mais lorsque l'on est pris dans le quotidien de la vie, la fatigue du soir après le boulot, l'énergie mentale de déménager, payer les factures, travailler vers son but de moyen, on peut se retrouver à oublier ce but final si on n'y prend pas garde...

Quel est votre but final ?

Finalement, la solution est simple : souvenez-vous de votre but final, et faites en sorte que votre but de moyen reste une manière d'optimiser vos chances de l'atteindre. Si vous avez, comme moi, perdu votre objectif de vue, vous ne pouvez pas revenir en arrière, mais vous pouvez toujours corriger la trajectoire maintenant. C'est ainsi que j'ai capitalisé sur tout le travail que j'ai donné ces dernières années dans ma carrière de communication pour me mettre à mon compte et enfin pouvoir consacrer davantage de temps à l'écriture. 

Et si vous n'avez pas de but final? C'est là qu'il est intéressant de commencer par le pourquoi. Qu'est-ce qui vous intéresse dans la vie? Qu'est-ce qui vous fait vibrer? Qu'avez-vous envie d'accomplir? Que voulez-vous que l'on dise de vous le jour de vos funérailles? Donner du sens à sa vie, c'est justement prendre le temps de se demander quel pourrait bien être votre but final à vous. Pas celui de vos parents, de votre boss ou de la société, mais le vôtre. C'est une question qui peut prendre beaucoup de temps à trouver sa réponse, mais je pense que c'est important de se la poser, si vous en ressentez le besoin.

Enfin, ne perdez plus votre but final de vue. C'est là que l'astuce de faire le point régulièrement entre en jeu. C'est en se laissant emporter par les contraintes et la cadence folle de la vie quotidienne qu'on en arrive à oublier nos buts finaux. Alors prenez le temps, régulièrement, de passer en revue le chemin que votre vie est en train de prendre. Où en est mon but final? Mes buts de moyens sont-ils efficaces en ce moment pour m'en rapprocher? C'est aussi cette habitude qui permet de rectifier le tir au fur et à mesure, pour se construire, pierre par pierre, une vie dans laquelle on se sent à sa place...