S-roue-productivite_.jpeg

Toutes ces méthodes de productivité ou d'organisation vous expliquent comment optimiser votre temps. Mais est-ce compatible avec une vie plus lente, plus consciente et plus sereine? Ou est-ce une manière de tomber dans la course infernale de l'accélération et l'optimisation à tout prix de chaque seconde? Comme n'importe quel outil, la productivité peut être utilisée de diverses manières. En ce qui me concerne, je m'en sers, au contraire, pour me focaliser sur mes priorités et vivre une vie plus sereine et moins stressée.

Lorsque je lisais le livre "Miracle Morning" pendant les vacances de Noël, une membre de ma famille m'a fait la réflexion en lisant la quatrième de couverture "ouh là, organisation, productivité, ça ne m'intéresse plus! Je veux ralentir, profiter, pas optimiser mon temps et travailler toujours plus!". Et je suis entièrement d'accord avec elle.

Pourtant, depuis quelques mois, je m'intéresse à tout ce que l'on pourrait appeler grossièrement la "productivité", ou encore "l'organisation". Et ce n'est pas seulement parce que je viens de créer ma petite entreprise.

L'idée d'optimiser son temps

Le principe de base de la productivité, quel que soit le modèle proné ou les conseils dispensés, c'est d'optimiser son temps. Apprendre à être plus efficace, à faire plus de choses, à cocher ces listes de tâches et à être, donc, plus productif.

Je comprends tout à fait la connotation négative que cela peut prendre pour certains, surtout dans une démarche comme la mienne de simplification, de lenteur et d'apprendre à savourer la vie. Parce qu'il est facile de relier la productivité à l'idée d'en faire toujours plus dans une journée, d'abattre les tâches, d'être efficace (souvent pour un employeur). Et donc à cette idée, façon Charlot, de travail mécanique, d'optimisation du temps humain, de rouage dans une machine où il faut en faire toujours plus, gagner du temps, accélérer.

s-productivite_-charlot.jpg

Et ce temps que l'on "gagne" à tout le temps accélérer, optimiser, être plus productif, qu'en fait-on? Accélérer pour accélérer n'a aucun sens.

Placer son attention

Que fait-on de notre temps? C'est précisément pour répondre à cette question que je m'intéresse à la productivité. Mon but n'est pas d'optimiser mon temps pour caler autant de choses dans une journée que possible, mais d'avoir une vision claire sur ce qui me prend du temps.

On pourrait parler d'optimisation du temps, effectivement, puisque c'est le but de la productivité. Mais je n'optimise pas mon temps pour en fourrer le plus possible dans une journée. J'optimise mon temps pour m'assurer que je passe du temps et de l'énergie sur ce qui compte pour moi. Et pour m'assurer que je peux tenir les délais avant de m'engager à quoi que ce soit.

Voici la question à laquelle les outils de productivité répondent pour moi : est-ce que je passe mon temps sur ce qui est prioritaire pour moi? En d'autres termes, où est-ce que je choisis de placer mon attention au fil de la journée? (comme dirait Serge Marquis)

Nous en avons déjà parlé : l'attention est une denrée rare, disputée à la fois par les publicitaires, les réseaux sociaux, les amis, les clients et les chatons sur internet. Si je ne fais pas attention (jeu de mots non intentionnel), je peux me retrouver perdue entre YouTube, Discord et facebook avant même d'avoir commencé ma première tâche importante de la journée.

La productivité comme outil de lenteur

Je pense qu'il est donc important de bien choisir où placer son attention, et de s'y tenir afin de bien utiliser son temps pour les choses qui comptent. Pour éviter de se presser, stresser et oublier de profiter de la vie parce qu'on a passé un peu trop de temps sur internet au lieu de finir une tâche importante.

La productivité m'aide à définir ce qui est important pour moi :

  • sur quelles tâches dois-je passer du temps (parce que je m'y suis engagée, parce qu'elles payent les factures...)
  • sur quelles tâches ai-je envie de passer du temps (projets personnels, préparatifs de vacances...)
  • combien de temps ai-je envie de consacrer à ce qui compte (voir les amis, soutenir la famille, aller au marché, profiter de mon repas lentement, aller faire un tour dans le quartier pour me dégourdir les jambes...)

À partir de là, les outils de productivité que j'adopte m'aident à optimiser mon temps de manière à placer mon attention sur ce qui est important pour moi (et non pas ce qui est important pour facebook, pour mon client ou pour tel publicitaire). Grâce à la productivité, je sais sur quels types de projets je peux m'engager sereinement. Je sais aussi à quoi je vais devoir dire non si je veux profiter d'un week-end serein ou d'une soirée avec mon mari. Et je sais à quel moment je peux aller sereinement regarder des vidéos de chatons sur YouTube parce que tout ce qui est important a été complété.

Je m'intéresse à la la productivité parce que...

Finalement, la productivité est un peu au temps ce que la gestion de budget est à l'argent : on ne peut pas utiliser son temps intelligemment si on se laisse happer ici et là sans faire les comptes régulièrement.

Je suis totalement d'accord avec cette membre de ma famille qui n'a pas voulu s'intéresser au Miracle Morning. La vie est là pour être vécue, et pas pour être "optimisée". Mais si la productivité m'aide à définir mes priorités, à y consacrer du temps et à développer la vie que je souhaite et les projets qui comptent, alors oui, ça m'intéresse!

Et vous, que pensez-vous de toutes ces méthodes, techniques et astuces que l'on regroupe sous le terme de "productivité" ou "organisation"? Y êtes-vous allergique ou en avez-vous besoin, comme moi, pour décider comment passer votre temps? Je serais vraiment ravie d'avoir votre opinion sur le sujet!