S-haiku-moment-present.jpg

J'ai appris beaucoup de choses sur une philosophie de vie plus simple, épurée et ancrée dans le présent grâce à mes années d'étude sur la culture japonaise. Et je me suis dit que ce serait intéressant de partager cet aspect-là de la simplicité avec vous. Aujourd'hui, je commence avec les haiku, ces poèmes courts qui capturent l'instant fugace pour nous initier à placer notre attention sur le présent...

L'art du poème bref

Un haiku, c'est un poème de trois vers, longs de respectivement 5, 7 et 5 syllabes. Créé à l'origine comme un jeu d'esprit, le haiku est devenu la forme littéraire principale du Zen avec le célèbre Bashô, qui fit de ces poèmes brefs une poésie profondément spirituelle. Dans le haiku, il est question de vie. L'impermanence est exacerbée par ces minuscules textes qui font ressortir la nature profonde d'un instant fugace.

L'étang ancien—
Une grenouille saute dedans,
sonorité d'eau*

— Bashô (il s'agit de son haiku le plus connu)

Un son, un regard, un coup de vent... Ce sont des instants ordinaires sur lesquels le poète a placé son attention pour en tirer l'essence et la beauté. On y retrouve le respect profond de la nature et des saisons, un élément essentiel de la culture japonaise, peut-être issue de leur religion animiste shintô. Mais on y retrouve aussi l'abandon de soi, de l'ego, pour entrer dans une contemplation du moment présent et de ce que la vie offre, en toute simplicité.

La présence à l'instant

Je parlais récemment de l'abondance moderne, et de notre capacité déconcertante à nous focaliser sur ce qui nous manque au lieu de ressentir de la gratitude pour ce qui nous entoure. L'un des éléments essentiels pour cultiver la gratitude et le sentiment d'abondance, c'est d'apprendre à vivre davantage dans le présent. Placer notre attention sur cet ordinaire précieux qui nous entoure.

Car ces moments fugaces passeront, que nous prenions le temps de les apprécier ou non. Alors nous pouvons soit être attentif.ve.s, apprendre à discerner la beauté dans le quotidien, dans la nature mais aussi dans les paysages qui nous entourent, même s'ils sont de béton et de pigeons. Ou alors nous pouvons vivre dans notre tête, pleine de regrets du passé ou d'anxiété du futur, et laisser cette beauté nous échapper.

Une seule mèche grise
comme un brin de tristesse
dans le vent d'automne*
— Yasuhiro Nakasone

En capturant l'essence profonde de ces instants quotidiens, le haiku nous invite à nous plonger dans le moment présent, à voir la beauté sous la couche ordinaire de notre environnement. Il nous apprend le respect de la vie, intense et précieuse, si seulement nous prenons le temps de la contempler.

Haiku et simplicité

Contrairement à l'esthétique occidentale, riche en motifs, couleurs et détails, l'art japonais s'épure pour ne contenir que l'essentiel. C'est une philosophie que l'on retrouve dans plusieurs disciplines, comme l'arrangement floral (ikebana). Mais je trouve que le haiku incarne cette philosophie avec perfection. La simplicité d'un poème dont la brièveté fait ressortir l'essence profonde de l'instant. Sans une seule syllabe superflue, c'est aussi l'essence de la simplicité.

Le superflu nous distrait, nous empêche de voir l'essentiel, nous occupe, nous interrompt. Alors que la simplicité nous reconnecte à l'essentiel, à la vie, à notre humanité. Le haiku est manière de nous montrer à quel point il suffit de peu.

Petit exercice d'appréciation

Comment utiliser cette ancienne sagesse nippone pour nous apprendre à apprécier les moments fugaces de notre vie moderne? Voici une proposition de ma part : chaque jour, pendant 7 jours, écrivez un haiku sur un instant marquant de votre journée.

La seule règle? Composez trois vers de cinq, sept et cinq syllabes. Pas besoin de s'inquiéter des règles littéraires des haiku japonais ou de les relier aux saisons, après tout, vous écrivez en français. Ne vous inquiétez pas de la qualité de votre haiku non plus. Ce n'est pas ce qui compte. Ce qui compte, c'est que vous allez prêter attention aux détails de votre journée, pour trouver un instant qui méritera d'être mis en poésie ce soir.

Pourquoi sur 7 jours? Si la tâche vous paraît trop complexe, alors ne le faites qu'un soir, pour tester. Mais d'expérience d'écrivaine, écrire un haiku tous les soirs pourrait bien libérer votre créativité, rendre la tâche moins effrayante, plus facile, plus amusante aussi. Et qui sait, peut-être finirez-vous par créer une habitude récurrente de cet exercice, comme une manière simple de garder une trace de vos journées, comme un exercice de méditation ou de gratitude...

Derrière le ciel gris
Les rayons dorés s'échappent
Matinée d'automne
— Florie Vignon, 12 septembre 2017

N'hésitez pas à me dire si vous comptez participer! Je serais ravie de lire vos haiku. C'est une si belle manière d'entrer dans la sensibilité d'autrui que de lire les instants fugaces de leur journée...

*Haikus et traductions issus du livre "Premier soleil levant", par Yasuhiro Nakasone, Asia Pacific Fundation of Canada.
Photo by Galen Crout on Unsplash