Se-mountain-aspirations.jpg

La semaine dernière, je vous ai parlé de l'importance d'être en cohérence avec soi-même, ses valeurs, ses aspirations pour trouver sa juste place et construire le chemin de vie qui vous convient. Et pour aider à cela, j'ai parlé de garder en tête un objectif à long terme dans les bulles nomades. Mais que se passe-t-il si vous avez le sentiment de ne pas avoir de "juste place", de ne pas savoir quel est votre chemin de vie?

Je préfère vous prévenir dès maintenant : je ne dispose pas de recette magique qui permet de comprendre quelle est votre juste direction de vie. C'est un long travail que de s'écouter, désapprendre les conditionnements de notre société et de notre éducation, savoir mettre sa peur de côté. Cela étant, il existe tout de même des exercices qui peuvent aider à avancer dans cette réflexion, et je vais vous en présenter deux aujourd'hui.

Pourquoi je publie ces idées début décembre? Parce que vous avez tout le mois pour les pratiquer et, peut-être, générer quelques idées avant de démarrer l'année 2018 et son cortèges de buts et de résolutions...

L'importance de la vie intérieure

Tout commence par la cultivation de votre vie intérieure : vous écouter et rechercher ces réponses qui sont déjà en vous. Voici quelques ressources qui peuvent vous aider à y voir plus clair dans ce domaine-là :

Aurélia a publié un article très intéressant il y a quelques mois sur ce qui peut nous rendre malheureux au travail. À la fin de son article, elle partage une vidéo de Thomas d'Ansembourg, que je connais pour son livre "Cessez d'être gentil, soyez vrai". Je vous conseille vivement de regarder cette vidéo, car il explique de manière très claire l'intérêt d'avoir une vie intérieure et ce lien avec l'élan de vie (ce que j'appelle "suivre un chemin qui nous convient") que l'on peut retrouver à l'intérieur de soi.

Dans le podcast Nouvelle École (que je vous conseille dans son ensemble), l'interview de Béatrice Moulin, fondatrice de Switch Collective, est vraiment intéressante pour nourrir votre réflexion à ce sujet. Elle y parle des choix par défaut que l'on fait, et de l'importance de se poser la question de ce que l'on veut vraiment pour notre vie. Elle parle de "ce qui vous fait vibrer".

D'autres personnes abordent cette question, chacun avec leurs mots. Elizabeth Gilbert parle de "trouver votre maison" pour y puiser votre force, Jeanne Siaud-Facchin parle "d'ancrage intérieur". Dans tous les cas, l'idée est la même : trouver votre sens de vie, vos raisons de faire vos choix, vos aspirations, en vous-même, et non dans les modèles fournis en externe, que ce soit la société, l'éducation, les proches ou autres.

Premier exercice : une journée de votre vie dans dix ans

C'est la designer Debbie Millman qui parle de cet exercice lors d'une interview sur le podcast de Tim Ferriss. Voici le principe de base :

  • Imaginez que vous pouvez tout entreprendre, et que cela va réussir (en d'autres termes : que feriez-vous si vous n'aviez pas peur de l'échec?)
  • J'ajoute (parce que c'est un élément important dans notre société de stabilité et de sécurité en France) : que feriez-vous si vous n'aviez pas peur pour vos revenus et votre stabilité financière?

À partir de là, prenez un papier et un stylo (ou un carnet, ou un logiciel de traitement de texte, ou même un micro si vous préférez vous exprimer à l'oral), et imaginez une journée dans votre vie, dans dix ans.

Vous vous levez, où vivez-vous? Avec qui? Comment est votre maison, quelles sont vos habitudes matinales? Où travaillez-vous, à quoi ressemble votre carrière? Que faites-vous au fil des heures de la journée? À quoi passez-vous votre temps? Qu'est-ce qui vous motive ? En quoi est-ce une bonne journée? Continuez jusqu'au soir : quelle est votre vie de famille, quels sont vos loisirs, vos aspirations, vos centres d'intérêt?

Votre récit peut faire deux pages ou vingt ou plus encore. L'idée, c'est de laisser parler votre imagination, de rêver. Ne vous laissez pas arrêter par vos peurs ou votre sentiment d'impossible. Laissez-vous écrire.

L'intérêt de cet exercice? Avec cette introspection, et cette vision à très long terme, vous travaillez à faire ressortir ce qui est vraiment important pour vous, dans votre vie. Ce que vous avez envie de construire maintenant qui portera ses fruits dans le futur, l'endroit vers lequel vous avez vraiment envie de mener votre vie.

Par exemple, si vous êtes actuellement en poste de cadre dans un open space à abattre les heures pour être bien vu et monter dans la hiérarchie, mais que dans votre vie à dix ans vous venez d'acheter un atelier d'artiste et vous exposez des toiles de peinture et des sculptures, c'est peut-être que vous faites fausse route à vouloir monter les échelons de votre entreprise actuelle. Je ne me souviens plus de la source, mais la citation suivante est très juste : "mieux vaut être tout en bas de l'échelle que vous souhaitez grimper, plutôt que d'être en haut d'une échelle qui ne vous correspond pas".

Deuxième exercice : projetez-vous au bilan annuel de l'année prochaine

Après avoir pensé à très long terme, on revient à des objectifs et aspirations plus immédiats avec cet exercice. Vous pouvez le faire n'importe quand, mais qui se prête bien à la fin d'année, puisque c'est une époque de bilan récurrente.

C'est Mickaëla de la chaîne Youtube "Between the Steps" qui propose cet exercice dans l'une de ses vidéos. Voici le principe de base : Imaginez-vous dans un an, et demandez-vous la chose suivante - "Qu'est-ce que j'aurais aimé commencer l'année dernière?"

C'est très simple, l'idée est de voir ce que vous aimeriez avoir accompli dans un an.

Par exemple, je peux vous dire que l'année prochaine, j'aurais aimé commencer l'écriture de mon roman maintenant pour avoir un manuscrit avancé, peut-être même corrigé et prêt à envoyer à une maison d'édition. Mais si je ne commence pas maintenant, je ne risque pas d'avoir un texte complet en décembre 2018.

La question peut concerner tous les aspects de votre vie : votre forme physique, votre carrière, un projet personnel, un loisir, vos relations avec vos proches, votre lieu de vie, économiser pour un voyage…

Que faire après ces exercices?

Je trouve ces deux exercices très complémentaires : l'un puise au fond de vous-mêmes pour réfléchir à vos aspirations profondes, et l'autre revient dans le maintenant pour réfléchir à vos priorités du moment.

Peut-être qu'en accomplissant les deux exercices, vous ferez un lien entre le court terme et le long terme. Peut-être que vous aurez une meilleure vision de votre juste place, ce qui vous fait vibrer, votre élan de vie, votre raison d'être, ce que vous avez envie d'accomplir dans votre vie. Même si ce n'est qu'une petite idée, un fragment. C'est un processus permanent, un puzzle que vous reconstituez avec du temps de toute manière.

Et après ?

On pourra en reparler plus en détail dans un article dédié à la réflexion sur les objectifs 2018, mais l'idée est de traduire cette vision en actes concrets. Pour en revenir à l'exemple de l'atelier de peinture dans dix ans, peut-être que vous pouvez vous renseigner sur les cours de peinture qui existent autour de vous, et vous fixer comme objectif 2018 de peindre un peu chaque jour tout en suivant des cours de technique le soir après le travail.

Pour terminer, je peux illustrer la réflexion avec un exemple personnel : j'ai pris conscience et osé admettre que ma juste place, c'est d'être une conteuse d'histoires optimiste. Je le savais déjà, mais j'ai osé me dire que c'est ma priorité numéro un, et que je dois tout faire pour développer mon métier de conteuse d'histoires, quelles que soient les difficultés.

Ça, c'est la vision à dix ans. Pour l'année prochaine, si je peux avoir l'un de mes romans terminé, corrigé et envoyé à une maison d'édition, ce sera déjà un immense pas en avant.

—————

Et vous, comment vous connectez-vous avec votre vie intérieure? Quelles sont vos aspirations, quel est votre élan de vie? Où en êtes-vous dans cette réflexion, à la fois dans les projets de demain et les envies à dix ans? Je serais ravie de lire votre parcours et ce qui vous anime!

Photo by Mike Wilson on Unsplash