Si-objets-vieillis.jpg

Un mot rapide aujourd'hui, pour partager une réflexion sur l'usure des objets. N'est-ce pas paradoxal, dans notre société moderne, ce désir sans cesse renouvelé d'acheter l'objet le plus récent et le plus tendance d'un côté, mais d'avoir envie d'objets qui ont vécu de l'autre?

On nous dit de changer chaque année nos vêtements, nos appareils électroniques ou notre déco. Et pourtant, on nous vend des jeans qui donnent l'apparence d'avoir vécu (parfois même trop : ils sont vendus troués, ce que je n'arrive toujours pas à comprendre). Combien de marques vendent leurs produits basés sur l'authenticité, les matières nobles qui vieilliront avec nous, gagneront de la patine et du caractère? Et pourtant, nous la voulons tout de suite, la patine et le caractère. Nous voulons acheter la singularité de l'usure, celle qui ne s'aquiert réellement qu'avec le temps et les expériences vécues en compagnie de l'objet.

La culture japonaise s'intéresse beaucoup à l'usure des objets. Avec le wabi-sabi, les Japonais reconnaissent la beauté de l'imperfection, qu'elle vienne de la main de l'artisan ou de celle du temps. Accepter l'usure de l'objet, en contempler la beauté, donner une nouvelle vie à travers une réparation qui met les défauts en avant. Comme ces objets de céramique infusés de rainures doréesau moment de recoller les morceaux cassés.

Au Japon, il est dit aussi qu'un objet de plus de cent ans pourrait devenir un yôkai, un esprit, acquérir une âme. Les objets collectent nos expériences et nos souvenirs sous forme de rayures, de marques, de taches, de fêlures ou de trous. Un objet de qualité se patine.

Mais cela requiert de la patience. Laisser ses objets vieillir. En prendre soin, les garder longtemps, créer ce lien unique avec un objet transmis d'un artisan ou d'un membre de la famille. Lui donner un peu de son âme au fil des années. L'usure des objets, cela ne s'achète pas. Cela fait partie de ces éléments évanescents qui ne peuvent ni se quantifier, ni se marchander, malgré tous les efforts des publicitaires.

Alors, apprenez à repérer l'usure de vos objets. Apprenez à l'apprécier, à voir les souvenirs qu'elle renferme. Pas besoin de posséder une immense collection pour profiter d'un objet façonné à la manière de nos expriences. Pas besoin non plus d'un objet luxueux.

Apprécier la simplicité de l'imperfection et de l'usure. Voilà l'une des manières d'intégrer l'objet à une vie plus simple et sereine...