Si-orchids.jpg

 C'est un titre assez peu accrocheur que je vous propose aujourd'hui : après tout, qui a envie de se limiter? Pourtant, apprendre à poser des limites, se restreindre et sélectionner avec soin ce que l'on décide de faire avec son argent et son temps est, pour moi, une des clés d'une vie meilleure. Et voici pourquoi.

Respectez votre humanitude

Lorsque j'ai quitté mon emploi salarié pour me mettre à mon compte, je pensais que ce serait la solution à mon rapport difficile au temps. En éliminant les quarante heures de présence au bureau, les trajets qui vont avec et les voyages d'affaires, je pensais que j'aurais tout le temps du monde pour faire ce qui me tient à cœur. Je pensais supprimer le stress de ma vie, et voir les heures s'étirer en longues plages de possiibilités au fil des jours.

Il s'est passé exactement l'inverse. Ces derniers mois, j'ai même vu ressurgir de vieux démons, ces échappatoires liées au stress que beaucoup d'entre nous connaissons : trop manger, surconsommer... Et la raison de ce stress, malgré le fait que j'adore ce que je fais aujourd'hui, c'est le trop-plein de projets et d'engagements.

Se confronter à ses limites sans les accepter

Vous rappelez-vous du concept d'humanitude ? Être confronté à votre humanitude, d'après Serge Marquis, c'est lorsque vous avez trop de choix d'activités par rapport à ce que vous pouvez humainement faire, et vous retrouver frustré(e), fatigué(e) et stressé(e) par cette confrontation non voulue à vos limites.

Et bien, depuis que j'ai laissé parler mon sens du possible et ma créativité, je regorge d'idées, de projets, d'opportunités qui sont bien trop nombreuses pour ma tête, mes deux mains et mes vingt-quatre heures par jour. Ce n'est pas un mal en soi. Au contraire, je me sens vivante ! Mais cette affreuse sensation de devoir faire un choix entre deux, trois, dix choses qui me sont toutes importantes, c'est ça, le stress et la frustration de l'humanitude.

Même si vous n'êtes pas à votre compte ou artiste, peut-être ressentez-vous ce même stress, lorsqu'il faut choisir, sur votre temps libre, entre un certain loisir, une sortie entre amis, du temps avec votre famille ou encore un projet personnel qui vous tient à cœur.

Mais le problème n'est pas d'avoir ces limites. Après tout, nous sommes tous humains et nous sommes tous limités par notre temps disponible, notre énergie et notre biologie. Je pense que le problème, c'est de les subir, de les combattre, de se dire que tout serait tellement mieux si vous pouviez tout faire. Cela ne fait que renforcer la frustration, et en attendant, il faut toujours choisir.

Restreignez-vous volontairement

Vu qu'on ne peut pas contrôler nos limites d'être humain, je me suis dit que ce serait plus constructif de contrôler ce que l'on peut : les options entre lesquelles on s'oblige à choisir. Plutôt que de subir ces limites, je vous propose de les accepter, de les assumer, et de les choisir. En d'autres termes, je vous propose de vous restreindre dans vos activités, au lieu de vouloir tout faire.

Comme je le dis souvent dans les podcasts : faites-en moins, mais faites-le bien.

Quelle est la différence? Me demanderez-vous peut-être. Vu qu'on n'a pas le temps de tout faire, on se retrouve bien à se limiter de toute manière. La différence, elle est dans l'intention. Lorsque j'essaye de tout caser dans mon emploi du temps, je ne choisis pas ma limite : c'est la fin de journée, ou ma fatigue, qui dit stop. Et je subis le fait que certaines tâches restent en suspens.

Alors que si je décide intentionnellement de restreindre mes activités, et d'avoir moins de choix, alors j'ai décidé quelles tâches sont accomplies, et quelles activités sont mises entre parenthèses pour le moment. En quelque sorte, il s'agit de respecter votre humanitude, au lieu de vous y confronter. Acceptez vos limites d'être humain, et choisissez avec intention, et sélectivité, ce qui est vraiment important pour vous, et ce qui mérite de remplir votre temps et votre énergie aujourd'hui.

Que limiter, et comment?

La question est bien trop vaste pour un seul article de blog, mais voici quelques pistes que j'ai envie de vous offrir aujourd'hui :

Commencez par limiter les obligations

Certaines choses sont contraignantes mais obligatoires, comme certains rendez-vous médicaux, des urgences de travail ou les courses de la semaine. Mais ce n'est pas parce que ces activités sont nécessaires et responsables qu'il faut leur consacrer tout votre temps. En limitant le temps que vous accordez à une activité, cela vous pousse à être plus efficace - par exemple, donnez-vous une limite au temps passé au supermarché, ou à remplir votre feuille d'impôts. La plage de temps ne doit pas être trop réduite, sans quoi vous allez créer un stress inutile. Mais l'idée est tout de même de vous contraindre à une certaine plage horaire : ainsi, vous êtes à fond sur cette tâche au lieu d'aller voir votre fil facebook ou de répondre à des mails en même temps.

Une autre manière de limiter les obligations est d'apprendre à dire non. Certaines choses sont nécessaires, mais pas d'autres. Le collègue de l'étage en-dessous qui vous invite à son pot de départ après le travail ? Si vous n'en avez pas envie, ne vous obligez pas. À vous de définir la limite entre ce que vous ne pouvez pas vous permettre de refuser pour des raisons hiérarchiques ou sociales, et le reste. Mais souvent, on n'ose pas dire non, plus par peur de froisser l'autre personne que par contrainte réelle...

Choisissez vos loisirs avec intention

Nous avons tous besoin de temps de pause, de spontanéité, des moments de la journée ou de la semaine pour souffler et se divertir. Je ne vous suggère pas de limiter votre temps de loisirs, mais plutôt de les passer avec davantage d'intention. Par exemple, si vous avez passé un samedi matin à descendre votre fil facebook, cliquer sur des liens internet et finir sur YouTube avant de réaliser qu'il était déjà midi : aviez-vous vraiment envie de passer votre samedi matin ainsi? Était-ce votre intention?

Il est impossible de tout lire, tout voir et tout faire. Et vous serez bien plus en paix avec vous-même et votre temps si vous décidez qu'en ce moment, vous vous limitez à cette série-là jusqu'à avoir vu toutes les saisons (ou jusqu'à ce qu'elle ne vous plaise plus), par exemple. Alors, vous attendez votre petit moment de visionnage avec impatience, et cela devient un moment privilégié avec cette série, plutôt qu'un moment de stress à devoir choisir parmi tout le catalogue disponible. Par exemple, j'adore les jeux vidéo, mais ils prennent du temps. Alors j'ai décidé que tant que je n'avais pas fini, je passerais tous mes moments de jeu sur le même (en ce moment c'est The Witcher 3), sans même réfléchir à la pile de jeux qui m'attend après. Je prends mon temps, et je savoure le loisir que j'ai choisi.

Une activité à la fois

J'en ai parlé dans le deuxième épisode de la mini-série sur l'organisation dans les Bulles Nomades : si vous vous limitez à une seule activité prenante à la fois, vous allez avancer plus vite, y consacrer plus d'énergie, et la mener bien plus loin que si vous tentez de mener plusieurs projets de front. Alors, cela ne signifie pas passer toutes vos journées sur une seule tâche et une seule activité. Certaines activités sont déjà lancées, plus habituelles et ne nécessitent pas tant de temps ou d'énergie que d'autres.

Mais vous en avez certaines - de la remise en forme au lancement d'un podcast en passant par des cours de poterie ou la création d'un site internet - qui vont accaparer votre attention, parce que vous démarrez tout juste, ou parce qu'il faut mettre des habitudes en place. C'est celles-ci que je vous invite à faire l'une après l'autre, au lieu de vouloir tout avancer en même temps.

Pour ne pas risquer d'abandonner un aspect de votre vie (par exemple la famille) au profit d'un autre, peut-être pouvez-vous identifier de grandes "zones" de votre vie que vous souhaitez équilibrer, et vous restreindre à une activité prenante par zone? Voici un exemple avec mes "zones" de vie, et mon projet du moment dans chacune d'entre elles :

  • Vitalité (soin de mon corps et de mon mental) : changer mon alimentation pour retirer les sucres industriels et la farine blanche
  • Écriture de fiction : un projet de space opéra en cours de préparation
  • Simplicité urbaine : je suis en train d'écrire un livre sur le sujet
  • Vie (famille, amis etc.) : nous sommes en train d'acheter un appartement
  • Missions professionnelles : préparation de l'E3 pour le studio de jeux vidéo qui m'emploie en ce moment

Cela ne signifie pas que je ne fais rien d'autre dans ma vie. La preuve, j'ai écrit cet article de blog, alors que la Nife en l'air ne figure dans aucune de ces listes. Mais je tiens des blogs depuis des années, et je ne mets rien de neuf en place en ce moment sur la nife, donc cela ne me prend pas beaucoup d'énergie mentale de le tenir à jour chaque semaine. Par contre, si je décidais de changer l'aspect visuel de la Nife, ou d'imaginer un nouveau format d'article (par exemple vidéo), j'attendrais d'avoir terminé mon projet en cours dans le domaine de la simplicité urbaine, avant de lancer ce nouveau projet.

Pour résumer...

Dans votre vie professionnelle comme personnelle, vos projets comme vos loisirs, vous aurez toujours plus d'option que vous n'avez de temps pour le faire. Pour cette raison, je vous invite à accepter vos limites d'être humain, en fonction de votre mode de vie, vos contraintes, votre santé etc. Puis, il est important de vous limiter par vous-même, sélectionner avec intention comment vous avez envie de remplir cet espace de temps libre, ces journées de travail, ces soirées et ces week-end.

Parce que si vous ne le choisissez pas avec intention, c'est votre humanitude qui va décider pour vous. Du coup, vous allez peut-être laisser de côté quelque chose qui vous est prioritaire (par exemple la vie de famille). Ou alors vous allez chercher à trop en faire et vous ne réussirez pas à tout mener au bout. Ou alors vous allez vivre dans une frustration permanente à mesure que vous tentez de repousser les limites.

Alors faites-en moins, mais faites-le bien...

————

J'espère que cet article est clair et qu'il vous a été utile ! J'ai déjà abordé la question de réduire à l'essentiel, choisir avec intention et se limiter par le passé, mais dans notre société en accélération constante, nous avons tous besoin d'un rappel de temps en temps. Moi la première ! Et vous, dans quels domaines de votre vie ressentez-vous le besoin de vous limiter, et comment vous y prenez-vous?