C-partage.jpg

De nos jours, nous vivons dans une société de partage, surtout en ligne à travers des plateformes comme YouTube, les blogs, les podcasts ou encore les réseaux sociaux. De fait, nous sommes tous et toutes des créateurs de contenu, et nous partageons notre voix. Et ce, que ce soit à travers un simple profil social privé ou à travers la création de contenu lié à notre loisir, notre art ou notre travail. Aujourd'hui, j'ai envie de parler un peu de l'équilibre de ce partage : entre partager des choses intéressantes et trop partager ; mais aussi entre ce que l'on partage volontairement, et les données collectées sans notre accord.

La valeur du partage

Le premier point d'équilibre réside, pour moi, dans la valeur que l'on apporte à travers notre voix. Quelle valeur vos statuts Facebook ou vos photos instagram apporte-t-elle à vos proches, et à tous les gens qui vous suivent ? Si vous créez du contenu en ligne au-delà de la présence privée sur les réseaux sociaux, en quoi ce que vous partagez est-il intéressant pour les gens qui vous suivent, et prennent le temps de vous lire, vous écouter ou vous regarder? À partir de quel moment devient-on, comme l'appelle Austin Kleon dans son livre "Show Your Work", un "spam humain"?

Partager n'est pas un problème en soi, à mon humble avis. En tant qu'experte en communication qui conseille mes clients sur comment partager leur message, et en tant qu'écrivain qui partage du contenu via blog et podcasts, je ne peux guère dire le contraire.

Dans mon métier de communication, on se pose souvent la question du contenu : que montrer à notre audience pour se faire connaître, pour les intéresser, pour leur donner envie de découvrir notre travail ?

Ma vision, c'est d'apporter de la valeur aux personnes qui ont pris le temps de me lire. Je choisis de montrer des choses qui sont cohérentes avec la personne que je suis, des réflexions qui m'intéressent, les coulisses de mon travail... En d'autres termes, je partage mon humanité. Mais je m'efforce de ne montrer que des choses potentiellement intéressantes pour d'autres personnes.

C'est le principe du partage authentique : je pense que c'est une alternative à l'auto-promotion. Et cette manière de partager est possible pour tout le monde, qu'on soit un particulier avec des réseaux sociaux, un professionnel qui veut montrer un peu son expertise grâce à internet, ou un entrepreneur/créateur de contenu/artiste qui montre son travail et son processus créatif.

C'est aussi valable pour de la communication en tant qu'entreprise qui souhaite proposer des produits ou services à des gens. On dit souvent que le service marketing "c'est le mal", mais je pense personnellement qu'il existe une éthique de travail comme partout ailleurs. La communication peut être un outil pour partager et créer du lien authentique entre êtres humains. Et c'est avec cet état d'esprit que j'aborde à la fois ma propre création de contenu et mes missions de communication en tant que freelance.

Ici, l'équilibre réside entre l'authenticité de ce que vous partagez, et le fait d'apporter de la valeur aux autres. Peut-être que certaines choses sont tout à fait authentiques mais n'intéressent personne. Dans ces cas-là, inutile de "spammer" les gens avec ces informations qui ne leur apportent rien. À l'inverse, peut-être avez vous des informations à partager, mais est-ce que votre voix propre ajoute une valeur supplémentaire par rapport à ce qui existe déjà sur internet? C'est un équilibre délicat que l'on ne parvient pas toujours à respecter, moi y compris.

La prochaine fois que vous vous demandez si un contenu que vous préparez est authentique et mérite d'être partagé, demandez-vous : si un inconnu total partageait cet élément avec moi, est-ce que ça m'intéresserait?

Partager à son insu, ou l'importance de la vie privée

Le deuxième aspect de l'équilibre dans le partage touche à l'autre côté : ce que vous choisissez de partager versus ce qui est partagé à votre insu. Finalement, dans le monde d'aujourd'hui, c'est un peu 1984 d'Orwell, mais avec un plot twist : le partage ne nous est plus "imposé", on a envie de tout partager, on se dit qu'on n'a "rien à cacher". Que l'on en ait pleinement conscience ou pas, nos données personnelles sont allègrement prélevées, stockées et utilisées par toutes sortes d'organisations.

Ici, pour moi, le souci réside dans le peu de cas que l'on fait de notre vie privée. Quand on choisit ce qu'on partage depuis un état d'esprit de contribution et d'apporter de la valeur - on choisit aussi ce qu'on souhaite garder pour soi, ce qui appartient à la sphère privée, personnelle.

Ce n'est pas qu'on ait quelque chose "à cacher" comme un secret inavouable. C'est simplement le droit que nous avons tous et toutes à la vie privée. Que le partage reste quelque chose de choisi, et non de subi.

Le règlement général de protection des données, ou RGPD

Dans l'esprit de maintenir cet équilibre entre ce que l'on choisit volontairement de partager, et ce que l'on souhaite garder pour soi, j'apprécie le droit de regard qu'apporte le nouveau règlement général de protection des données de l'UE, en vigueur depuis le 25 mai 2018. Vous en avez probablement entendu parler à ce stade, vu que nous avons tous reçu des emails et des demandes de validation de la nouvelle politique de confidentialité de la part d'à peu près tous les services en ligne que l'on utilise.

J'apprécie personnellement cette RGPD, puisque son but est d'apporter une meilleure protection des données. Je n'ai peut-être rien à cacher, mais j'apprécie d'avoir le choix de ce que je partage, et ce que je garde pour moi.

Et je souhaite qu'il en soit de même pour vous, qui prenez le temps de venir lire la nife en l'air, ponctuellement ou de manière régulière. J'ai donc créé une page autour de la politique de confidentialité du blog, où je vous explique en détail avec quels services fonctionne le blog, et quelles données je collecte et j'utilise.

La version courte, c'est que je n'utilise pas grand chose. Peut-être que les fournisseurs de services que j'utilise font une collecte de données de leur côté, mais en ce qui me concerne, je trouve les chiffres stressants, donc je ne consulte même pas les statistiques du blog, et je me contente de publier vos commentaires afin de pouvoir y répondre.

La newsletter de la Nife

La seule chose que je collecte, ce sont les adresses e-mail des personnes qui viennent s'inscrire volontairement à la newsletter, dont vous retrouverez le formulaire mis à jour pour être conforme avec la loi RGPD ici. Si vous êtes déjà inscrit(e), vous avez dû recevoir un e-mail vous proposant de mettre à jour votre profil pour confirmer que vous consentez toujours à figurer sur ma liste.

Et si vous vous demandez pourquoi je n'ai pas envoyé de newsletter depuis six mois, c'est parce que je me limite dans mes projets. En l'occurence, j'attends de prendre le temps de refondre la formule pour vraiment créer un contenu adapté au format e-mail qui vous apporte de la valeur en plus du blog et du podcast. Vous verrez sûrement quelque chose arriver dans vos boîtes mails, pour les inscrit(e)s, au courant de l'été. En attendant, vous pouvez toujours venir me dire quel contenu vous aimeriez lire dans une newsletter, si le cœur vous en dit !

Pour terminer, je tiens à remercier du fond du cœur Nathalie Bagadey, qui a écrit un article très clair et utile sur la manière de mettre le blog en conformité avec la RGPD.

Partager depuis un état d'esprit de contribuer

Dans la Bulle Nomade de cette semaine, je parle plus en détail de la notion de partage dans le but de contribuer, d'apporter de la valeur ; versus le partage dans l'état d'esprit de recevoir quelque chose en retour. C'est un état d'esprit auquel je tiens beaucoup, à la fois en tant que créatrice de contenu qu'en tant que consommatrice d'articles, vidéos ou podcasts. Si le sujet vous intéresse, je vous invite à écouter l'épisode de podcast de cette semaine, via le lecteur ci-dessous ou sur votre app habituelle de podcast!

Listen to "048 | Donner et recevoir" on Spreaker.

————

La notion de partage et d'état d'esprit de contribution me paraît centrale dans la discussion autour de la créativité. Si le sujet vous intéresse, je suis en train de préparer une série d'articles sur l'idée de trouver et partager votre voix authentique. Ça se passera sûrement sur Medium, et je vous en reparlerai quand j'aurai lancé le projet. En attendant, merci infiniment de m'avoir lue jusque là, et passez une excellente journée ou soirée!