Se-vie-meilleure.jpg

Aujourd'hui, j'ai envie de partager deux lectures de non fiction avec vous, que j'ai appréciées pour une raison commune : les deux livres parlent de pistes pour mener une vie meilleure, sans pour autant se focaliser sur la recherche du bonheur.

Lorsqu'on parle de mener une belle vie, de s'épanouir, ou tout simplement de travailler sur soi pour améliorer notre expérience de vie, la discussion tourne très souvent autour de la notion de bonheur. Y compris sur la Nife en l'air, d'ailleurs. Être heureux est devenu cet objectif ultime, cet eldorado qui transformerait d'un coup de baguette magique notre expérience de vie en félicité permanente. J'ai déjà exprimé mes doutes sur la pertinence de la recherche du bonheur.

Et je ne suis pas la seule : beaucoup de podcasts que je suis ou d'articles que je lis soulignent que le bonheur ne devrait pas être un but externe à atteindre, mais une décision interne et indépendante des circonstances extérieures. Ce n'est pas pour rien que ma citation préférée, issue d'une carte postale du Japon, dit "Le bonheur est toujours une décision de votre propre coeur" (Mistuo).

D'autres encore émettent l'idée que le bonheur serait une conséquence plus ou moins involontaire d'un autre travail que l'on ferait pour nous rendre la vie meilleure. Un travail qui n'aurait pas pour objet la quête de bonheur à tout prix. C'est notamment ce que propose Jonathan Fields dans How to live a good life. Il attribue une vie épanouie à trois "seaux" à remplir : la vitalité, la connexion et la contribution. Le docteur Guillaume Fond, quant à lui, dans Je fais de ma vie un grand projet, aborde la question avec l'œil du psychiatre, et nous invite à aborder le "soi" sous tous ses angles, des croyances limitantes à la communication en passant par la gestion des émotions ou encore l'énergie physique.

J'ai décidé de vous présenter ces deux livres ensemble, car j'ai retrouvé pas mal de points communs, à la fois dans l'approche et dans les conseils - même si l'un d'entre eux est un entrepreneur et écrivain qui livre les résultats de ses recherches et expérimentations personnelles (Jonathan Fields), alors que l'autre est docteur en psychatrie et en neurosciences, apportant le prisme de son métier dans son livre (Guillaume Fond).

How to live a good life?

Je vous précise que le livre est en anglais. Il est ou sera peut-être traduit lorsque vous lirez ces lignes, mais en attendant, je vais vous présenter les pistes de réflexion intéressantes que j'en retire, à partir de la version originale de l'ouvrage.

Résumé, thèmes et ton

Le livre est divisé en trois parties de dix chapitres chacune, et chaque chapitre offre une piste à la fois de réflexion et d'action autour d'éléments concrets que vous pouvez implémenter dans votre vie dès maintenant pour l'améliorer. La théorie de Jonathan Fields est qu'une belle vie est un équilibre entre trois piliers fondamentaux, qu'il appelle les "seaux de la belle vie" (Good life buckets) :

  • La vitalité : ou l'énergie physique et mentale. C'est l'aspect soin de vous-même, à la fois de votre corps et de votre esprit. Selon l'auteur, sans une base physique et psychique saine, il est très difficile de mener une vie équilibée et riche de sens. Cet aspect contient la santé (sport, alimentation, sommeil, les suspects usuels), mais aussi le soin de votre mental, la gratitude, la capacité à voir le sens du possible ou encore à trouver du sens dans ce que l'on fait et construit.
  • La connexion : C'est tout ce qui concerne la relation à soi-même et aux autres. La capacité à tisser des liens sociaux et à appartenir à un groupe dans lequel on a confiance et on peut s'entraider, mais aussi la capacité à donner et recevoir l'amour, ou encore à se connecter à une certaine spiritualité, qu'elle soit religieuse ou non.
  • La contribution : C'est tout ce qui concerne le travail que l'on fait dans le monde et qui apporte une contribution à la société. Pour la majorité d'entre nous, ce sera notre carrière professionnelle, mais ce peut aussi être des activités créatives, artistiques, et toute autre activité qui puise dans nos forces, nos talents et qui apportent de la valeur à autrui. (On pourrait tout à fait retrouver le concept d'Ikigai là-dedans, même si Jonathan Fields n'en parle pas en ces termes).

Le ton du livre est simple, clair et pratique. Jonathan Fields se présente comme un être humain avide de connaissance et de compréhension qui partage, à son tour, les leçons qu'il a apprises au fil de sa vie sur ce que signifie 'mener une belle vie'. Chacun des trente chapitres se présente avec d'abord un aspect théorique, soutenu par ses lectures et recherches, puis une "exploration journalière" visant à vous apporter un moyen concret de l'appliquer dans votre vie aujourd'hui.

L'auteur suggère de faire une sorte de "cure" de trente jours où vous appliquez chacun des chapitres un jour après l'autre, soit en commençant par le pilier qui est le plus faible dans votre vie, soit en alternant les trois aspects. Je ne l'ai pas lu de cette manière parce que je pratique déjà un auto-coaching quotidien et je préfère me limiter à un focus par mois sur mon mental et mon bien-être, mais je le vois typiquement comme un livre à garder sur l'étagère et ressortir pour une mise en pratique concrète, sur trente jours ou au fil de l'année.

Les leçons principales que j'en retire

La vie est un équilibre, et nous devons veiller à nos divers besoins humains pour mener une vie équilibrée et épanouissante. Que ce soit les besoins purement physiques au niveau de la santé, mais aussi maintenir une bonne hygiène mentale, et puiser dans notre besoin social de connexion et d'amour, et notre besoin de contribution.

Finalement, une belle vie ne tient pas de l'excellence ou de la perfection, mais de l'équilibre.

J'avais déjà lu, vu ou entendu la majorité des théories et idées présentées dans le livre de Jonathan Fields, mais je trouve qu'il les explique de manière très claire, et ses "explorations quotidiennes" apportent une touche concrète qui rend toute la théorie applicable dans notre quotidien. How to live a good life peut tout à fait représenter un socle, une structure pour monter un plan concret pour mener une vie meilleure, même si vous pouvez ensuite puiser des idées et pratiques d'autres sources.

Je fais de ma vie un grand projet

Dans cet ouvrage publié en mai 2018 chez Flammarion, Guillaume Fond, docteur en psychiatrie et en neurosciences, présente ses pistes de réflexion pour changer et devenir la personne que nous souhaitons incarner dans le monde. L'approche est scientifique, soutenue par de nombreuses recherches et références, et l'objectif est d'offrir des pistes de réflexion pour changer vers une vie meilleure sans forcément recourir à un suivi psychiatrique.

Résumé, thème et ton

Le livre est très orienté sur la pratique de la psychiatrie et le fonctionnement du mental, comme vous pouvez l'imaginer. Après une première partie où l'auteur se présente avec son cheminement personnel et professionnel, il aborde trois questions complémentaires :

  • Celle des croyances limitantes, et des interprétations que nous avons dans notre mental sur le monde qui peuvent être dysfonctionnelles et nous empêcher de développer notre potentiel (qu'il soit professionnel, personnel, de bonheur, de réalisation de soi...).
  • Celle de l'énergie, et de la nécessité de prendre soin de son corps pour cultiver l'énergie d'avancer et de mener une vie meilleure.
  • Enfin, celle de l'émotion et de la relation à l'autre, à travers des notions comme la communication non violente, la gratitude ou la manipulation.

Ensuite, l'ouvrage se termine par des mises en pratiques concrètes sur l'application de ces principes dans les domaines de la vie amoureuse et professionnelle. Enfin, Guillaume Fond résume les différences entre les différents praticiens (psychiatres, psychologues, psychothérapeutes...), présente différentes thérapies qui existent aujourd'hui, un aperçu de différents troubles psychologiques et son avis sur les types de médication qui existent.

Si vous êtes intéressés par ces sujets autour des troubles psychologiques et des solutions médicales ou de suivi psychologiques qui existent, cette dernière partie est vraiment instructive, parce que je pense qu'il existe beaucoup de croyances autour du fait d'être suivi ou non par un professionnel de santé lorsqu'il s'agit de notre mental.

Enfin, comme vous l'aurez deviné, le ton de cet ouvrage est beaucoup plus scientifique et orienté sur les domaines de la psychiatrie que la plupart des livres de développement personnel. Cela étant, j'ai trouvé les notions abordées claires et faciles à comprendre. C'est bien un ouvrage destiné au grand public, et non à d'autres professionnels de santé.

Les leçons principales que j'en retire

J'ai vraiment trouvé intéressant de lire un ouvrage qui apporte une lumière médicale et psychologique à toutes ces questions souvent abordées dans le développement personnel : les croyances limitantes, la gestion des émotions, la communication, la gratitude, la méditation...

Je trouve le point de vue de Guillaume Fond complémentaire à ce qui se fait d'habitude dans le domaine, et donc très enrichissant si ces thèmes vous intéressent. Dans le même ordre d'idées, j'apprécie qu'il mentionne des solutions étudiées scientifiquement, non seulement pour mieux vivre en tant que personne avec un mental déjà sain, mais aussi des pistes à explorer si vous souffrez, par exemple de dépression.

Par son expertise psychiatrique, l'auteur peut se permettre de parler de maladies mentales, du rôle de l'alimentation, de certains pratiques comme l'auto-compassion ou la gratitude, ou encore des traitements par les médicaments, ce qu'un non initié ne pourrait pas aborder de cette manière.

Je trouve ce volet intéressant pour deux raisons : déjà, si vous souffrez de conditions mentales qui vous rendent la tâche plus difficile pour pratiquer les conseils de développement personnel (par exemple une dépression passée ou présente), peut-être que vous trouverez des pistes intéressantes dans ce livre.

Ensuite, j'aime l'idée que cela met en avant l'aspect du développement personnel qui vise à améliorer sa vie et se rapprocher de la personne que l'on a envie d'être, sans donner l'impression d'une injonction au bonheur pour autant. Au contraire, Guillaume Fond propose des pistes de réflexion pour améliorer votre situation, tout en reconnaissant parfaitement que ce n'est pas une tâche facile, et que nous avons un certain nombre de freins psychologiques, des croyances limitantes que nous avons tous à des troubles mentaux plus spécifiques, à surmonter. Et que c'est OK.

Enfin, ce livre ne rentre pas tellement dans le détail de chacune des idées exposées dans les différents chapitres (par exemple l'indépendance émotionnelle, la gratitude, la méditation, les changements alimentaires pour se sentir mieux dans sa tête aussi, etc.). Mais j'ai aimé l'idée qu'il mentionne des pistes de réflexion, choisies pour son livre et agrémentées de recherches scientifiques sur le sujet. Si l'une ou l'autre de ces pistes vous intrigue, rien ne vous empêche de vous renseigner plus en détail pour ensuite l'intégrer dans votre vie.

Pour conclure : quelques pistes intéressantes trouvées dans les deux livres

La santé physique et mentale est un aspect capital dans notre bien-être global, et notre satisfaction de vie. Il est important de bien s'alimenter, de pratiquer une forme ou une autre d'activité physique. Mais aussi de s'occuper de notre hygiène mentale, un aspect qui est moins souvent abordé de manière générale : travailler sur nos pensées et nos émotions, cultiver le sens du possible, la gratitude et le sens que l'on donne à nos activités quotidiennes, par exemple. Cela peut aussi passer par la gestion du stress, un peu de temps passé chaque semaine dans la nature ou encore la définition de nos priorités propres. Si la notion d'énergie physique vous intéresse, j'avais lu un autre livre intéressant avec plein de conseils concrets : Eat, Move, Sleep par Tom Rath.

Cultiver la capacité à donner et recevoir l'amour est crucial pour améliorer nos relations sociales : et ce qu'il s'agisse de notre amour-propre ou de notre relation à l'autre. La notion d'auto-compassion, de compassion en général ou encore d'amour inconditionnel sont très intéressantes à étudier pour cultiver tout cet aspect. On parle souvent de bien s'entourer et d'être aimé, mais en réalité, la capacité à aimer, soi-même et les autres, est tout aussi cruciale pour notre bien-être.

Décidez quelle personne vous souhaitez incarner dans le monde : comme je disais, ces deux ouvrages parlent peu de bonheur comme objet ou but. Mais les deux parlent d'une notion bien plus importante à mon sens - être la personne que vous avez envie d'incarner au monde. Quelle vie avez-vous envie de mener? Quelle est votre juste place dans le monde? Comment pouvez-vous contribuer? Comment avez-vous envie de vous comporter, de vous présenter au monde? Qui avez-vous envie d'être? Bien souvent, nous suivons le modèle de réussite d'autres personnes et nous réagissons à des schémas de pensée dysfonctionnels ou à des émotions non traitées. Et notre vie, dans le sens de notre comportement, notre attitude au monde, la manière dont nous passons notre temps, ne correspond pas du tout à la personne que vous avons envie d'être.

————

Et si nous sortions du mode semi-automatique pour se reconnecter avec soi et vivre avec davantage d'intention, de sens, de "moteur", mais aussi de gratitude, d'amour et de bienveillance?

Mon petit résumé peut paraître un peu perché, façon new age, mais je vous promets que ces deux livres présentent les choses sous un angle tout à fait scientifique et rationnel, avec recherches à l'appui. Et comme le rappellent les auteurs du livre Se changer, changer le monde, c'est en commençant par soi que l'on peut incarner le changement, le soutien pour autrui ou encore les actions collectives pour soutenir nos valeurs et nos convictions profondes.

Les croyances limitantes en version audio

En annexe de cet article, j'ai enregistré un épisode des Bulles Nomades sur le sujet spécifique des croyances limitantes, qui font l'objet d'un chapitre dans le livre de Guillaume Fond. Vous pouvez l'écouter dans votre app habituelle de podcast, ou via le lecteur ci-dessous.

Listen to "046 | Croyances limitantes" on Spreaker.

Ressources mentionnées dans la bulle