Si-city-night-temps.jpg

Malgré toutes les réflexions que j'ai pu développer et appliquer dans mon quotidien en matière de rapport au temps, j'ai remarqué un élément récurrent qui participe à la pression et au stress quotidien : l'impression constante de manquer de temps. Et si un premier pas vers une vie plus sereine dans le monde moderne passait par un travail sur cette sensation de manque permanent?

Le paradoxe de l'organisation

Depuis que j'ai repris l'écriture en parallèle de mon travail, et encore plus depuis que je suis à mon compte, l'organisation de mon temps est un aspect capital pour moi. Pour bien jongler entre les différentes activités, tenir les dates limites et respecter mes engagements, j'ai développé tout un système d'organisation et de planification plutôt efficace pour moi.

Mais le revers de la médaille, et ce qui est reproché à toute cette obsession de productivité qui nous entoure dans la société moderne, c'est que cela crée un sentiment de manque de temps. En tout cas c'est mon cas. Parce que j'ai tous ces buts clairement formulés, ces plans d'action, ces projets et ces envies, j'ai l'impression que mes journées sont trop courtes pour tout faire. Je cours après le temps, et je cède parfois, souvent, à une envie d'optimiser mon temps, de le rentabiliser à tout prix. Ce qui me donne en permanence l'impression d'en manquer. Et ce qui apporte du stress, de l'anxiété et de la pression au quotidien.

Cela ne signifie pas qu'il faut envoyer toute l'organisation à la poubelle pour autant : sans mon système d'organisation, je pense que ma petite entreprise serait complètement à la dérive, les clients mécontents et les livres pas écrits. Savoir découper les projets en petites tâches et en faire un peu chaque jour aide à aller vers les buts que l'on se fixe, et je n'ai pas envie d'enlever cette source d'accomplissement de ma vie.

Alors je me suis demandée : comment concilier ce système d'organisation et de planification qui m'aident à avancer dans mes projets, avec un rapport plus sain et serein avec le temps ?

Cultiver un sentiment d'abondance

Le problème, au final, n'est pas tant d'organiser mon temps, mais plutôt d'avoir l'impression d'en manquer. Parce qu'il y a tant de choses qui m'intéressent et que je souhaite développer, mais que je suis limitée, comme nous tous et toutes, à vingt-quatre heures par jour.

La solution serait alors un changement de mon rapport au temps : apprendre à le voir comme une ressource abondante, quelque chose dont je ne manquerai jamais puisque toute ma vie sera constituée de journées de vingt-quatre heures, jusqu'à mon dernier souffle.

Et je pense que je ne suis pas la seule à souffir de ce sentiment de manque de temps. Ce que j'ai envie de vous suggérer aujourd'hui, c'est, vous aussi, de cultiver ce sentiment d'abondance de temps, plutôt que de se lever le matin avec, déjà, une sensation de manquer de temps avant même que la journée n'ait commencé.

Un changement de perspective

S'il était facile de remplacer le sentiment de manque par un sentiment d'abondance, je pense que personne ne serait stressé sur cette planète. Comme vous pouvez l'imaginer, j'ai eu beau travailler tout un mois (en avril) sur mon rapport au temps, le sentiment d'en manquer ne s'évanouit pas en un claquement de doigts. Il s'agit de reprogrammer toute une vision du monde, qui nous est inculquée par une société de la rentabilité du temps depuis toute notre vie.

Malheureusement, je n'ai pas de recette miracle à vous proposer. En revanche, je peux partager un conseil proposé par une coach, qui m'a vraiment aidée à changer mon état d'esprit par rapport au temps.

Dans le programme Self Coaching Scholars que j'ai suivi pendant trois mois, nous avions droit à une courte séance de coaching individuelle par mois. En avril, j'ai décidé de consulter la coach au sujet de la gestion du temps. Je lui ai demandé : comment cultiver un sentiment d'abondance par rapport au temps, plutôt que d'avoir l'impression constante d'en manquer? J'ai tourné le problème dans tous les sens dans ma tête, et rien ne semble changer ce qui apparaît comme la réalité : j'ai trop d'idées et pas assez de temps pour toutes les mettre en œuvre.

La coach m'a alors fait la proposition suivante : au lieu de partir de cette liste d'idée à "caser" dans mon temps, et si je partais de la question suivante : comment profiter de là où je me trouve actuellement dans ma vie? Comment profiter au mieux de chacune de mes journées, avec ses contraintes et ses moments agréables?

En d'autres termes, la coach m'a proposée de partir de ma journée, de mes vingt-quatre heures, et de me demander comment les remplir afin d'en profiter au mieux tout en m'acquittant de mes obligations. Et ce, plutôt que de partir de la liste d'activités, qui sera toujours trop longue pour une vie humaine.

Partez de votre journée : comment allez-vous la remplir et en profiter au mieux?

Partir de ma journée et de choisir comment l'occuper, c'est une perspective qui m'a été vraiment utile pour dissoudre, peu à peu, cette impression incessante de manquer de temps. Bien sûr, elle n'a pas totalement disparu de ma vie, mais je me retrouve à bien plus souvent savourer les instants, et à bien plus souvent être concentrée sur une tâche au lieu de penser à toutes ces autres choses que j'ai à faire ensuite.

Cela n'est pas contradictoire avec l'organisation, ou le fait d'accomplir les tâches du jour : vous demander comment remplir votre journée ne veut pas dire la remplir uniquement de loisirs et de plaisirs. Simplement, au lieu de contempler une liste infinie de tâches qui prendraient des centaines, voire des milliers d'heures à compléter, on contemple les vingt-quatre heures qui arrivent. Et ainsi, la sensation de manquer de temps s'évapore peu à peu.

Enfin, cet état d'esprit me permet aussi de réfléchir à une manière plus agréable d'accomplir des obligations ou des tâches. Par exemple, au lieu de pester contre les courses parce que "je n'ai pas le temps", je me dis que je peux en profiter pour aller marcher dans le parc à côté du magasin, ou bien traiter le passage au marché comme une promenade qui me permet aussi de prendre l'air, et donc d'en profiter. L'activité elle-même (ici, faire les courses) ne change pas, mais le basculement d'état d'esprit permet d'adopter une perspective complètement différente sur la tâche, sur la journée, et peu à peu, sur notre rapport au temps en général...

Mise en pratique : imaginez votre journée idéale

Pour tester concrètement cette idée, je vous invite à prendre un papier et un crayon, ou une app de prise de notes, ou un micro, et de noter à quoi ressemblerait votre journée idéale. Alors il ne s'agit pas de prendre un dimanche ou un jour de vacances, mais bien une journée de travail, quotidienne, comme vous en vivez le plus souvent dans votre semaine.

Tout en gardant les mêmes circonstances de vie (votre famille, logement, travail...), à quoi ressemblerait une bonne journée, où vous en auriez profité ? Si vous n'êtes pas inspiré(e), vous pouvez suivre les étapes suivantes :

  • Au réveil...
  • La matinée commencerait par...
  • Au déjeuner...
  • En début d'après-midi...
  • En fin de journée...
  • Au retour à la maison...
  • Au dîner...
  • Avant de dormir...

Je vous invite à écrire au moins un paragraphe. Si vous le sentez, vous pouvez pratiquer cet exercice pendant une semaine : écrivez, la veille au soir ou le matin au réveil, à quoi ressemblerait la journée qui s'annonce si elle était idéale pour vous. Le but de cet exercice est de vous entraîner à voir le temps à partir de votre journée, et comment la remplir, plutôt que de rester focalisé(e) sur la liste de choses à faire. J'espère qu'il vous sera utile. Si vous testez l'exercice, j'adorerais avoir votre retour !

La gestion du mental en général, version audio

Finalement, gérer cette impression de manquer de temps fait partie d'une gestion plus globale de notre propre mental, notre esprit et notre vision du monde. On en parle plus en détail en audio dans la Bulle Nomade de la semaine !

Listen to "054 | Cerveau et esprit" on Spreaker.

À retenir : c'est la capacité de raisonnement de notre cerveau qui conditionne les choix qu'on fait et les décision qu'on prend, ce qui nous mène à la vie qu'on a aujourd'hui. Ainsi, le cerveau, et l'esprit qui loge dans notre cerveau, est notre ressource la plus précieuse en tant qu'être humain. Il est donc capital de passer du temps et de l'énergie à comprendre et gérer notre mental, puisque c'est toute notre vision du monde, et donc toute notre vie, qui en dépend.

  • L'entretien du "matériel" : prendre soin de notre santé physique et mentale
  • L'entretien du "logiciel" : cultiver un esprit critique, la pensée indépendante, la capacité de raisonnement par rapport à ses propres circonstances, valeurs, le monde qui nous entoure etc.

————

Et vous, avez-vous souvent l'impression de manquer de temps, plutôt que de le voir comme une ressource abondante dans votre vie? Si vous changiez votre perspective pour vous demander comment profiter au mieux de votre journée, qu'est-ce qui changerait dans votre quotidien? Si vous avez des conseils sur le sujet, je suis toujours preneuse ! Je pense sincèrement que cette notion de partir avec un sentiment d'abondance autour du temps est cruciale pour cultiver un rapport apaisé au temps dans notre société en mode accéléré...