Si-pratique-diete-achats.jpg

Aujourd'hui, je vous propose de continuer la série "mise en pratique" avec un petit défi autour du minimalisme : pratiquer une diète d'achats pendant quelques jours ou semaines. J'ai testé plusieurs diètes d'achat ces dernières années, de différentes durées et qui concernaient différents types d'achats. Je n'ai pas toujours réussi (et je parle de mon récent échec dans la Bulle Nomade à la fin de l'article), mais j'en ai tiré de précieuses leçons autour de ma psychologie de consommatrice à chaque fois.

Pourquoi pratiquer une diète d'achats?

Lorsque j'ai commencé à simplifier ma vie, comme beaucoup d'apprentis minimalistes, je me suis lancée directement dans le tri, avec une volonté candide de ne plus jamais tomber dans le cycle de la surconsommation. Au fil des semaines et des mois, j'utilisais ma volonté pour ne pas "craquer" face à ces jolies bougies de créateurs ou ces merveilleuses chaussures françaises. Souvent, ça marchait. Puis la vie reprenait le dessus, mon attention partait vers ma famille, mon travail, mon art, et mes habitudes d'achats revenaient peu à peu à leur surconsommation habituelle.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, je n'ai pas envie de consacrer mon attention à mes habitudes d'achats au quotidien, pour le reste de ma vie. J'ai d'autres priorités dans ma vie. Alors je me suis demandée comment ancrer des habitudes de consommation plus frugales, modérées et intentionnelles. Et la solution réside, comme dans beaucoup de situations, dans le pourquoi. Attaquer la cause de la surconsommation, plutôt que de vouloir traiter les symptômes (l'envie d'acheter) à coup de volonté.

Et pour trouver les causes de ma surconsommation, je n'ai rien trouvé de mieux que de me lancer le défi d'une diète d'achats. En me forçant à ne rien acheter du tout pendant quelques semaines, je pouvais consacrer mon attention sur les moments où j'avais envie d'acheter. Et tenter de comprendre d'où venait cette envie. J'ai craqué au fil de ma première diète. La deuxième aussi. Et la dernière, très récemment. Ce n'est pas grave. Au contraire, ça fait partie de l'apprentissage : à chaque achat, je cherche à comprendre pourquoi j'ai eu l'envie d'acheter et pourquoi j'y ai cédé.

Les conclusions d'une diète d'achat, outre quelques économies sur le compte en banque, c'est de me connaître un peu mieux en tant que consommatrice. En comprenant les causes de mes pulsions d'achat, je peux les traiter directement à la source au lieu de n'agir que sur le symptôme - par exemple en essayant d'éviter les tentations.

Avant de vous lancer, je vous invite à prendre une feuille de papier (réelle ou virtuelle) et noter, pour vous-même, pourquoi vous vous lancez le défi de cette diète d'achat, et ce que vous espérez en retirer.

1. Établissez les règles de votre diète d'achats

Une fois votre motivation clairement établie, la première étape consiste à établir des règles claires pour votre diète, en incluant les paramètres essentiels suivants :

  • Le début et la durée de la diète d'achats
  • Le type d'achats que vous vous interdisez
  • Si vous prévoyez des exceptions (par exemple pendant une semaine de vacances), notez-les dès maintenant.  Je considère toute exception qui n'a pas été notée avant le début de la diète comme un écart.

Vous pouvez choisir des règles provisoires selon vos envies : limiter la diète aux week-ends si c'est à ce moment-là que vous avez tendance à trop acheter, vous interdire d'aller dans certains lieux ou sur certains sites web... À vous de choisir ce qui vous aidera le plus à en tirer des leçons.

Notez toutes ces règles clairement dans un endroit où vous pourrez les voir régulièrement (un papier sur le frigo, dans votre app de prise de notes pour les relire régulièrement, dans un carnet dédié, etc.)

2. Suivez vos tentations et vos écarts

Une fois les règles établies, au moment du début de votre diète, choisissez un outil pour suivre vos tentations et vos écarts. Vous pouvez utiliser votre journal habituel (carnet ou app de prise de notes), inaugurer un journal dédié, le suivre en ligne avec un blog, un podcast ou autres, etc. Votre outil doit être accessible facilement et partout.

Lorsque vous êtes tenté(e) ou que vous cédez et achetez quelque chose, notez :

  • Ce que vous envisagez d'acheter / avez acheté
  • Les circonstances dans lesquelles vous êtes pendant cette envie : que se passe-t-il dans votre vie, quelles émotions ressentez-vous? Laissez toutes vos pensées sortir sur votre support de suivi
  • Comment avez-vous eu l'idée d'acheter cet objet/ce service en particulier? D'où vient l'information?
  • Est-ce quelque chose que vous aviez déjà envie d'acheter avant, ou est-ce tout nouveau?

Lorsque vous identifiez une envie ou un besoin d'acheter quelque chose qui fait partie des interdits, notez-les dans une liste d'achats pour plus tard.

3. Faites le bilan

À la fin de votre diète d'achats, c'est le moment de tirer les apprentissages de votre expérience. Reprenez vos notes, et cherchez des schémas récurrents : y a-t-il des émotions qui reviennent à chaque fois que vous avez une envie d'achats? Une source d'informations qui vous donne des envies nouvelles? Une circonstance particulière qui vous pousse à dépenser?

Si rien ne vous vient sur le moment, vous pouvez mettre vos notes de côté et les reprendre à tête reposée. Comme la surconsommation est beaucoup liée à l'émotion ou à des besoins humains (d'amour, d'appartenance etc.), prendre conscience de ce qui se cache derrière une envie d'acheter peut être difficile. Je vous invite à vous laisser le temps de décanter tout ça.

Quoi qu'il arrive, même si vous avez fait des écarts et même si vous avez du mal, au début, à dessiner les contours des raisons derrière vos envies d'achat, vous en tirez déjà quelque chose de positif : l'habitude de ne plus acheter automatiquement. Avec une diète d'achats, on s'entraîne à prendre conscience des automatismes d'achats que la société consumériste nous incite à avoir. C'est pour cela que je pense que c'est un outil très utile pour mener une vie plus simple et sereine dans le monde moderne.

Exemple personnel

Pour illustrer concrètement cette mise en pratique, voici les règles de ma diète d'achats, ainsi qu'un exemple d'écart documenté.

Diète d'achats mai-juin 2018

  • Durée de la diète : mai et juin 2018
  • Achats concernés : tout achat matériel hors essentiels (nourriture, produits de ménage...)
  • Exception : ramener un souvenir de Californie (en juin 2018)

Achat d'une bougie naturelle

  • Objet acheté : une bougie végétale parfumée issue d'une marque française
  • Quand : vendredi matin, après ma séance de psy
  • Où : une boutique de revente de petites marques françaises à Paris
  • Comment j'ai découvert l'objet : en regardant les références que vendait la boutique. J'ai connu la boutique via une liste de revendeurs éthiques/locaux qui est sur mon app de prise de notes dans la section infos pratiques.
  • Quelles émotions je ressentais au moment de décider d'aller à cette boutique : bouleversée, triste, frustrée

Leçons en fin de diète

(Je mets uniquement la leçon que je tire de l'exemple d'achat ci-dessus) Je remarque qu'une envie presque impulsive d'acheter survient après mes séances bimensuelles avec ma psy. J'en ressors bien souvent avec un tourbillon d'émotions et de pensées que je dois démêler et comprendre. À chaque fois, mon cerveau se met à réfléchir à un objet dont je pourrais avoir besoin ou un lieu que je pourrais aller voir. Par exemple : aller au Printemps voir les pré-soldes, visiter enfin la petite boutique éthique que j'ai notée il y a quelques semaines... Dans ce cas, j'utilise la consommation comme tampon émotionnel, pour retarder le moment de digérer le contenu de la séance de psy.

Idées pour éviter cet écueil : sur le long terme, pratiquer des exercices d'apaisement et de retour au moment présent pour apprendre à écouter et gérer mes pensées et émotions (méditation, écrire dans un journal...). Sur le court terme, aller chez la psy avec uniquement les tickets de métro et son chèque, sans autre moyen de paiement. En général, une fois de retour chez moi, l'impulsion d'acheter s'est évanouie.

Sur l'utilité des échecs

Dans la Bulle Nomade associée de la semaine, je parle de mon échec de cette fameuse diète d'achats que je me suis lancée en mai-juin 2018. En complément de cette mise en pratique, je parle de l'utilité des échecs et comment on peut en tirer des leçons pour apprendre et s'améliorer.

Listen to "058 | Échecs" on Spreaker.

————

J'espère que cette mise en pratique vous sera utile. Si c'est le cas et que vous décidez de vous lancer ce défi, dites-le moi, ça me fera vraiment plaisir. Vous pouvez me trouver sur les réseaux sociaux @florieteller ou me laisser un commentaire en-dessous de cet article. Merci infiniment d'avoir pris le temps de lire cet article, passez une belle journée et une excellente soirée !