C-arbre-creatif.jpg

Aujourd'hui, j'ai envie d'aborder un sujet que je rencontre en ce moment dans mon parcours de vie après avoir trouvé sa juste place : il ne suffit pas de la trouver, il s'agit ensuite de l'assumer. C'est-à-dire oser l'affirmer à ses proches, ses collègues, le public, alors qu'il n'y a encore personne pour valider ce chemin que l'on a décidé de suivre pour soi-même.

Ces derniers temps sur la nife, nous avons pas mal abordé le sujet d'oser être soi, s'écouter et suivre une voie qui nous correspond. C'est une expérience que je vis moi-même alors que j'ai pris conscience que ma juste place est d'être écrivain. J'ai toujours aimé fabriquer des histoires, et depuis que j'ai quitté mon emploi, j'ose enfin me l'avouer à moi-même.

Oser être soi n'implique pas forcément de tout plaquer, changer de carrière, monter une entreprise ou devenir artiste. Les média aiment bien mettre en avant ce genre de changement radical, mais bien souvent, trouver sa juste place est un processus bien plus subtil qui ne bouleverse pas le quotidien. Pour exemple, la plupart des écrivains que je connais ont simplement osé faire de la place à l'écriture dans leur quotidien sans forcément tout quitter pour écrire à temps plein.

Oser assumer cette juste place

Jusque récemment, je pensais que de trouver sa juste place, s'écouter et se découvrir était la réponse pour vivre une vie plus authentique, suivre une voie qui nous correspond et créer de belles choses dans notre vie. En fait, ce n'est pas la réponse. C'est une étape parmi beaucoup d'autres.

Et l'étape suivante, c'est d'oser assumer cette juste place. L'assumer pour soi-même, mais aussi apprivoiser cette voix et la partager avec d'autres.

Adopter une voix authentique

Il y a peu, j'ai donné un atelier autour de la communication d'artiste à des écrivains. Je leur ai expliqué, dans les grandes lignes, comment trouver et partager leur voix d'artiste pour être trouvés et échanger avec leur public. Mais à mesure que je répétais la présentation en vue de l'atelier, je me suis sentie de plus en plus mal, comme un énorme roc qui se formait dans mon estomac.

J'ai alors pris conscience d'être victime du fameux syndrome du cordonnier mal chaussé : tout ce que j'expliquais à ces écrivains, je ne l'applique pas à moi-même. Enfin, ce n'est pas tout à fait vrai : j'ai toujours gardé un profond lien avec mon pourquoi, et je m'efforce toujours de parler avec authenticité et de vous apporter de la valeur. Mais je me suis rendu compte que je n'assume pas ma voix d'écrivain, ici sur la nife et sur mes autres canaux publics. Je parle en tant que blogueuse et podcasteuse, voire peut-être comme une coach de vie qui partage ses questionnements autour de la simplicité et du sens, mais pas en tant qu'écrivain.

Pourtant, ma juste place est celle de l'écrivain, pas celle du coach de vie. Et toutes ces expériences que je partage avec vous, elles font partie de mon parcours d'écrivain, d'artiste qui apprend, s'affirme, crée et partage.

Je crois que je me suis censurée, par peur de ne pas vous intéresser, de manquer de légitimité, ou pour plein d'autres raisons que je ne comprends pas encore complètement. J'ai trouvé ma voie et ma voix, mais je n'ose pas l'assumer parce que je n'ai pas encore d'éditeur ou de lecteurs pour légitimer ma place d'écrivain.

Je suis seule à défricher ce chemin qui m'est propre, la seule à porter ma voix authentique d'écrivain et d'artiste. Et si je veux vous inciter à trouver votre juste place et à assumer votre voix, j'aimerais le montrer par l'exemple avant tout. J'ai donc décidé de suivre mes propres conseils et d'oser assumer cette voix d'artiste ici même sur la nife en l'air.

Le voyage créatif

Ce qui m'amène à la seconde partie de l'article : les conséquences concrètes qui suivent le fait que j'ai décidé d'assumer ma voix d'écrivain. Pour trouver cette juste voix, authentique et qui apporte de la valeur, je me suis demandée : comment partager ma voix d'écrivain tout en partageant un contenu qui reste utile et/ou intéressant pour vous, qui n'êtes pas forcément écrivain(e)s et dont les projets de vie ne sont pas forcément artistiques ?

Pour répondre à cette question, j'ai mis au point le concept du voyage créatif.

Le voyage créatif, ce sont cinq étapes qui se complètent et se répondent. Ce sont des étapes que j'ai constatées dans l'évolution de mon métier d'écrivain et que je souhaite partager pour vous aider dans vos propres expériences créatives, que ce soit votre métier, un projet annexe, un loisir ou même une réflexion plus globale sur le sens que vous souhaitez donner à votre vie.

Les étapes du voyage créatif

Les articles de la nife sont désormais rangés dans cinq catégories, correspondant à chaque étape du voyage créatif. Pour rendre le cheminement plus clair, j'ai décidé de faire une analogie avec un arbre. Votre projet créatif (que ce soit une œuvre d'art, un projet artisanal ou entreprenarial, votre vie en général...) est une graine qui va, au fil du voyage créatif, pousser pour devenir un arbre qui finit par donner des fleurs et des fruits.

Voici en quoi consiste brièvement chacune de ces étapes du voyage créatif :

  • Introspection : Ce sont les racines de votre arbre. On ne les voit pas, mais c'est grâce à elles que vous puisez l'énergie de faire pousser l'arbre, et de le garder en bonne santé. C'est l'étape où on s'écoute pour trouver sa juste place, sa voie et sa voix. Ici, on réfléchit à nos valeurs, ce qu'on souhaite apporter et pourquoi, qui on est et qui on a envie d'être dans ce monde.
  • Inspiration : C'est la terre dans laquelle votre arbre pousse, le soleil, l'eau et l'engrais qui l'aident à grandir. Sans inspiration, votre arbre risque de ne pas pousser du tout, ou d'être bien terne. C'est l'étape où on garde les yeux ouverts et où on puise des idées qui font réfléchir et apportent de la matière à notre propre processus créatif, et qui ouvrent le champ des possibles.
  • Créativité : Ce sont les branches et les feuilles qui poussent sur votre arbre, ce qui en fait la matière brute. C'est l'étape où vous développez les idées, trouvez des solutions aux problèmes qui se présentent et façonnez un projet (ou une vie) qui vous ressemble.
  • Organisation : C'est le jardinier qui vient couper les branches mortes et tailler l'arbre pour l'aider à pousser avec vigueur et donner des fruits. Si la créativité aide à fournir une matière première, tout projet nécessite ensuite une phase d'organisation, de planification et de travail. Dans cette étape, on se choisit des buts et on les découpe en actions quotidiennes pour avancer concrètement.
  • Partage : Ce sont les fleurs et les fruits de votre arbre, prêts à être cueillis ou butinés par d'autres. Lorsque votre projet prend forme, c'est le moment de rencontrer votre public et tisser des liens avec des êtres humains sensibles à votre voix propre. Je partage ici ma vision d'une communication authentique et humaine si vous souhaitez transmettre ce que vous créez.

Au fil des semaines, je présenterai le voyage créatif de manière un peu plus précise pour vous aider à y trouver de la valeur concrète à en tirer, si le cœur vous en dit. En attendant, vous pouvez découvrir la présentation du voyage créatif sur cette page.

L'élément que je pense important à retenir, c'est qu'il ne s'agit pas d'un processus linéaire mais organique : les cinq étapes coexistent et se nourrissent mutuellement pour constituer, au fil du temps, votre projet et la voix singulière qui le porte.

Et les anciens sujets de la nife ?

Si vous êtes déjà lectrice ou lecteur de la nife, vous retrouverez dans les étapes du voyage créatif beaucoup de sujets que j'aborde déjà depuis plusieurs années. Simplement, j'ai décidé de les organiser dans une suite d'étapes qui, j'espère, apporteront davantage de clarté et de valeur au contenu de ce blog pour vous.

Les articles plus personnels autour de mon cheminement, comme celui-ci, sont rangés dans "Coulisses" et les notes des bulles nomades se retrouvent dans "Podcast".

Les seuls articles que j'ai retirés car ils devenaient hors sujet sont ceux qui concernent la simplification matérielle et concrète de la vie (minimalisme, écologie, tri des objets, société de consommation...). Mais je n'ai pas arrêté de parler de simplicité pour autant. Si le sujet vous intéresse, je tiens le podcast Simple & Cité qui parle de se fabriquer une vie plus simple et sereine dans le monde moderne. J'ai d'ailleurs republié les articles les plus construits issus de la nife sur le site Simple & Cité.

Bulle Nomade : assumer qui on est

Dans l'épisode de podcast de la semaine, j'aborde aussi le sujet d'assumer qui on est, et de mon propre parcours qui m'a amenée à choisir de vous parler en tant qu'écrivain. Vous pouvez l'écouter via le lecteur ci-dessous ou sur votre app de podcast.

Listen to "066 | Assumer qui on est" on Spreaker.

Ressources

————

Voici donc de quelle manière ma voix évolue par ici alors que j'ose enfin assumer ma juste place d'écrivain sur la nife en l'air. C'est un sujet qui me tient beaucoup à cœur et que j'ai eu du mal à comprendre et à partager avec vous, mais j'espère que mes explications sont claires et que vous trouverez de la valeur pour votre vie dans ce voyage créatif que je souhaite développer avec vous.

Si vous avez des questions, des remarques ou des commentaires à partager pour m'aider à rendre ce contenu plus utile et/ou intéressant pour vous, je serais ravie de les lire en commentaire ou sur les réseaux sociaux @florieteller. En attendant, portez-vous bien et assumez qui vous êtes !

Photo par yasuo kurokawa via Unsplash