NIF-Feuillets_Cuivre.JPG

Titre : Feuillets de Cuivre
Auteur : Fabien Clavel
Date de publication : Novembre 2015
Genre : Polar, Fantastique, Steampunk
Editeur : éditions ActuSF (collection les 3 souhaits

Fin XIXème siècle, un Paris bien sombre malgré la révolution industrielle en marche. L’agent Ragon, policier obèse au cœur complexe, nous emmène dans des enquêtes curieuses, parfois brutales, avec une pointe de fantastique et un clin d’œil aux polars de l’époque, effleurant le steampunk du coin de l’œil, avec la retenue propre à ce personnage principal tout en relief.

Un livre pour… Les amateurs de polar à l’ancienne, de contes fantastiques d’époque, Poe, Holmes ou Penny Dreadful, de personnages tout en profondeur, de clins d’œil littéraire et d’ambiances sombres et travaillées.

Fabien Clavel est Parisien d’origine. Après avoir suivi des études de lettres classiques et vécu quelques temps à Budapest, il est maintenant de retour en France où il enseigne le français et le latin au lycée. Après avoir collaboré à divers jeux de rôle dont le célèbre Nephilim, il a écrit une série de romans inspirés de cet univers aux éditions Mnémos avant de poursuivre son parcours d’écrivain dans ses propres univers. Très éclectique, il a publié dans de nombreux genres (fantastique, fantasy, science-fiction, thriller…) et plusieurs de ses œuvres ont été récompensées par des prix, dont celui-ci, qui vient de remporter le prix Vampires & Soricères Award 2015, son premier prix remporté pour un roman adulte.

Policier Littéraire

Feuillets de Cuivre, ce sont avant tout les aventures de l’enquêteur Ragon. Chaque chapitre représente une enquête importante de sa vie et décrit une affaire, avec de brefs indices sur la vie de Ragon disséminés au fil de l’histoire. C’est bien sûr aux polars d’antan que fait penser chaque feuillet, entre Sherlock Holmes et d’autres histoires plus fantastiques qui rappellent l’ambiance des Penny Dreadful.

L’une des particularités de Ragon, c’est qu’il utilise la littérature pour résoudre chacune de ses enquêtes. Toutes les réponses sont dans les livres, pense-t-il. C’est une belle manière de présenter des enquêtes originales avec une résolution atypique – qui n’est pas sans rappeler le Club des Veufs Noirs d’Isaac Asimov qui, eux, n’utilisent que leur logique et la bibliothèque du restaurant où ils se réunissent pour résoudre leurs mystères mensuels.

Mais son amour des livres est aussi l’une des nombreuses références qui donnent du corps au personnage de Ragon et font de lui un enquêteur attachant et unique. Ce féru de littérature qui ne monte les échelons de la police qu’à faible allure, comme le reste de sa vie d’ailleurs, nous fait découvrir ce Paris steampunk par petites touches. Obèse et protégé par son incroyable culture littéraire, Ragon passe dans son monde en périphérie, il vit sur la pointe des pieds et montre avec pudeur une sensibilité unique au fil des histoires que nous lisons.

Inspirations et références

Chaque feuillet représente un nouveau cas, à résoudre, chacun unique, chacun inspiré d’imaginaires et de références différentes. Feuillets de Cuivres rappelle un recueil de nouvelles dans sa construction, où chaque chapitre représente une histoire à part entière tout en livrant quelques allusions à l’évolution de Ragon entre deux histoires.

Chaque affaire apporte son lot d’inspirations et de références. Ainsi la première affaire, empreinte d’horreur et de magie, fait immédiatement penser aux polars lugubres de l’époque façon Jack l’Éventreur. On retrouve une ambiance très fantastique dans certaines histoires, de l’estampe japonaise peut-être dotée de pouvoirs à la présence en filigrane d’une forme de magie. C’est bien sûr le polar d’antan, avec un mystère en chambre close et un ennemi qui se dessine comme le Moriarty de Sherlock Holmes.

Mais c’est bien le steampunk qui tire sa part belle, en petites touches qui donnent l’aperçu d’un univers très travaillé, avec d’extravagantes inventions, des machines volantes,  des automates et bien sûr, l’éther. Si tous les ingrédients de l’époque et de différents genres de l’imaginaire sont là, Feuillets de Cuivre livre finalement un steampunk discret, par touches, en périphérie de la vision de Ragon. Un monde deviné, intrigant.

Lecture entre les lignes

Si Feuillets de Cuivre n’est en apparence rien de plus qu’une série d’affaires policières dans un univers fantastique steampunk, une lecture attentive révèle des liens vers d’autres univers de Clavel, des références littéraires, et pas seulement dans les livres dont se sert Ragon pour résoudre ses enquêtes.

Feuillets de Cuivre est le genre d’ouvrage auquel on fait une place de choix dans la bibliothèque, et pas seulement pour la beauté de l’objet, une réussite de la part des éditions ActuSF. Si la lecture est simple, envoûtante et immersive, elle recèle une profondeur entre les lignes, de sorte qu’une fois la dernière page tournée, on a envie de s’y replonger, d’y revenir, demain ou l’année prochaine, pour tenter de saisir ces allusions évanescentes et de redécouvrir le texte avec un œil plus attentif pour en déchiffrer les secrets à peine évoqués.