NIF-The_ete.jpg

Cette semaine, j’entendais les nouvelles des jeux olympiques, perdues dans le flux des informations que les chaînes jugent bon de poser sur notre table de petit déjeuner. La France a gagné sa première médaille dimanche dernier, à l’épreuve du relai. Médaille d’argent. L’équipe, espérant l’or, a été très déçue du résultat, annonce le journaliste. Pourquoi ne sommes-nous jamais contents de ce que nous avons accompli ?

Je ne suis pas une sportive professionnelle ni passionnée, mais je suppose que de participer aux jeux olympiques représente un rêve pour beaucoup de sportifs professionnels et aspirants. Et pour chacun des sélectionnés, l’objectif n’est-il pas de repartir avec une médaille, quelle que soit sa couleur ? Pourtant, décrocher la deuxième place et la première médaille française de l’année n’était pas suffisant pour cette équipe.

En y réfléchissant, je me suis demandée si cet état d’esprit se limitait aux sportifs de haut niveau. Alors j’ai pensé à ma vie. Ces années à me plaindre de ne pas obtenir exactement les notes espérées aux examens (pourtant tous réussis), puis à ne pas gagner suffisamment, à vivre dans un appartement trop petit, profiter de week-ends et vacances trop courtes…

Ne sommes-nous pas victimes du syndrome de jamais content ? Quelle est la dernière fois où vous vous êtes plaint.e d’une situation qui aurait pu être meilleure au lieu d’en apprécier les aspects positifs ? J’en suis coupable au quotidien.

Comment pouvons-nous être heureux, satisfaits de notre vie si nous passons notre temps à regretter ce qui aurait pu être au lieu d’apprécier ce qui est ? Ces sportifs auraient pu fêter leur médaille d’argent au lieu de regretter l’or. N’auraient-ils pas passé une meilleure soirée ?

Une solution ? La gratitude. Dans une société où la publicité et les média nous poussent à l’insatisfaction, pour nous donner envie d’acheter les dernières nouveautés, nous ne prenons pas l’habitude d’apprécier notre vie telle qu’elle est aujourd’hui. Avec un peu de gratitude, nous pouvons prendre conscience de toutes les jolies choses qui nous entourent. Savourons notre médaille d’argent au lieu de courir après l’or.

Ce qui n’empêche pas de s’entraîner dur pour décrocher l’or la prochaine fois. Se montrer reconnaissant pour notre vie telle qu’elle est ne signifie pas se reposer sur ses lauriers. Travailler pour des projets futurs n’est pas incompatible avec l’appréciation de la situation présente. Au contraire, dans un était d’esprit positif et satisfait, ne sommes-nous pas mieux préparés et énergisés pour affronter les obstacles futurs ?

« Soyez heureux de ce que vous avez tout en travaillant pour ce que vous voulez. »