D-OMalley-Majeste.jpeg

Titre: Au service surnaturel de sa Majesté
Auteur: Daniel O'Malley
Date de publication: février 2016 (2014 chez Super 8 éditions pour la première traduction)
Genre: Fantastique, humour, mystère
Editeur: Pocket

Lorsque Myfanwy Thomas se réveille, amnésique, au milieu d'un parc, elle n'est pas au bout de ses surprises. Déjà, elle est entourée de cadavres d'hommes en costume et gants de latex. Ensuite, elle découvre une lettre dans sa poche, écrite par elle-même, qui lui donne des instructions pour découvrir qui en a après elle. Comment Myfanwy savait-elle qu'elle allait perdre la mémoire? Qui sont ces gens qui en ont après elle? Et quelle est cette Checquy, organisation secrète qui combat les forces surnaturelles et dont elle ferait partie?

Un livre pour... Les amateurs et amatrices de mystères, d'enquêtes et d'aventures, de créatures surnaturelles et d'organisations secrètes dissimulées au grand public. Mais aussi celles et ceux qui aiment les personnages atypiques et attachants, et une pointe d'humour qui n'enlève rien à l'immersion dans l'intrigue.

Auteur Australien, Daniel O'Malley est diplômé d'histoire médiévale de l'université de l'Ohio, aux États-Unis. Au service surnaturel de sa Majesté, the Rook en version originale, est son premier roman. Publié en 2014 chez Super 8 Éditions, il est disponible au format poche chez Pocket depuis le début de l'année 2016. La suite, Stiletto, est actuellement en cours d'écriture.

Le MI6 du surnaturel

Au service surnaturel de sa Majesté, c'est une organisation secrète qui travaille pour la couronne Anglaise, mais spécialisée en phénomènes surnaturels. Comme ils font bien leur travail, nous ne sommes pas au courant, mais il existe une pléthore de créatures paranormales autour de nous. Le rôle de la Checquy? Les identifier, les surveiller, enquêter sur les événements inhabituels et couvrir le tout du grand public.

Myfanwy, l'héroïne, est une Tour. Elle fait partie des hauts gradés de la Checquy. Ainsi, on la suit alors qu'elle mène l'enquête, avec ses collègues (une autre Tour, les Fous...) sur un certain nombres de phénomènes surnaturels. On se retrouve dans un monde fantastique "façon Harry Potter", dans le sens où nous vivons dans le monde moderne, où l'Histoire est la même que la nôtre, et tout le monde des êtres surnaturels est dissimulé à la population générale.

Mais, loin de l'urban fantasy classique où les pontifes du genre se font la guerre (qui a dit vampires contre loups-garou?), O'Malley nous présente des créatures originales ou revisitées (les vampires naissent dans des oeufs et leur couleur de cheveux change en fonction de leur état de nutrition, par exemple).

Les membres de la Checquy eux-mêmes sont doués de pouvoirs surnaturels et entraînés par la Couronne pour devenir des agents surdoués d'une efficacité sans faille. Ainsi, on est davantage dans une ambiance James Bond surnaturel que Harry Potter : la Checquy est une organisation secrète du gouvernement britannique, et non une société parallèle de sorciers ou une académie privée comme les X-Men, par exemple. On y retrouve donc tous les mystères, les enquêtes et les machinations d'une organisation d'espions pour un mélange tout à fait délicieux.

La technique de l'amnésie

L'amnésie est un trope tellement utilisé qu'il est à manier avec beaucoup de prudence. Myfanwy, notre personnage principal qui occupera le point de vue de tout le récit, se réveille amnésique. Et on essaye de l'éliminer. Encore une fois, l'intrigue commence davantage comme un thriller d'espionnage (par exemple Jason Bourne) que comme un roman fantastique.

Les lectrices et lecteurs vont suivre Myfanwy alors qu'elle cherche les indices laissés par son ancienne elle et enquête sur la source de cette amnésie. Cela donne l'arc narratif principal de ce roman: au milieu des enquêtes de son travail de Tour, Myfanwy va devoir découvrir qui elle était et qui lui en veut. Ainsi, nous découvrons avec elle la nature de la Checquy, son fonctionnement et ses employés. C'est une manière classique de faire découvrir un univers aux lecteurs : le découvrir à travers un personnage débutant, ou qui a perdu la mémoire.

L'amnésie est donc classique, mais bien mené ici pour plusieurs raisons. Déjà, l'amnésie de Myfanwy est cause à comique de situation et autres pointes d'humour. Vous imaginez, revenir travailler dans une organisation où vous tenez un haut poste, sans même vous souvenir que le surnaturel existe? Pourtant, Myfanwy devra le faire, en cachant à tous sa perte de mémoire, et sans pouvoir faire confiance à qui que ce soit, puisqu'elle ignore qui a tenté de l'éliminer. Mais les situations gênantes se muent rapidement en scènes comiques qui apportent une dose de légèreté agréable à une trame qui reste travaillée, profonde et immersive par ailleurs.

Ensuite, O'Malley parvient à nous faire découvrir son univers de manière très habile par le truchement des questions et découvertes de Myfanwy. Par exemple, elle a accès aux dossiers du personnel, que son ancienne elle avait mis à disposition au cas où. Dans la narration peuvent s'insérer quelques uns de ces dossiers qui permettent d'introduire un personnage que Myfanwy est censée connaître. Ainsi, elle apprend qui ils sont, et nous aussi par la même occasion. Nous découvrons les rouages de la Checquy ensemble, vivons d'étranges expériences surnaturelles avec Myfanwy, et nous attachons à certains personnages en même temps que notre héroïne amnésique les redécouvre. C'est fluide, bien amené et complètement immersif.

Délicieuse Myfanwy

Si le trope de l'amnésie est réussi, c'est aussi grâce à Myfanwy Thomas. Notre héroïne est attachante et surtout, elle évolue au fil de l'histoire à mesure qu'elle se familiarise avec sa nouvelle (ancienne) vie. Peu à peu, nous découvrons quelle personnalité elle avait avant sa perte de mémoire, et l'évolution qu'elle se permet maintenant qu'elle peut "recommencer à zéro", sans ses souvenirs du passé. C'est une sorte de seconde naissance, très bien menée à travers ses émotions, son ressenti et son point de vue que l'on suit du début à la fin.

D'ailleurs, Myfanwy présente une personnalité tout en relief, loin des stéréotypes de héros ou héroïnes du genre. Nous ne sommes ni en présence d'un James Bond (ou, en l'occurence, Jason Bourne) qui se révèle la personne de la situation et sait tout gérer sans se décoiffer. Ses faiblesses se voient et on a tout aussi peur qu'elle, la première fois qu'elle met les pieds dans son propre bureau ou qu'elle doit parler à sa secrétaire, qu'elle est censée connaître depuis des années. Mais nous n'avons pas non plus affaire à une gaffeuse maladroite et attachante. Au contraire, Myfanwy saura montrer une force discrète et s'imposer dans ce nouvel environnement avec subtilité. C'est avec délectation que l'on suit ses pérégrinations alors qu'elle tente de remplir son rôle de Tour au mieux, malgré son absence totale de souvenirs passés.

Humour, mystère et profondeur

J'ai toujours aimé trouver une pointe d'humour dans les livres que je lis, quel que soit le genre. Même si c'est une grosse pointe, comme chez Pratchett ou Gaiman. Ici, l'humour se fait plus discret mais pas moins délicieux. L'univers lui-même est tout à fait sérieux, travaillé et plausible. L'intrigue principale, tout comme les enquêtes que suit Myfanwy au cours de l'histoire, sont prenantes et parfois graves. Mais la pointe d'humour, de comique, voire de loufoque parfois, n'est jamais loin. Le tout au milieu de personnages à la psychologie travaillée, de situations tragiques et de trahisons menées avec intelligence. Les relations entre les personnages sont délicieuses et on se prend à s'attacher aux quelques amis qui entourent Myfanwy peu à peu, et ce sans se priver de s'en moquer gentiment.

On pourrait presque penser au film Kingsman : Services Secret, avec Colin Firth, qui dépeint une organisation secrète anglaise avec beaucoup d'humour, voire une certaine pointe de parodie, sans sacrifier la profondeur du scénario ni les moments plus tragiques. Mais avec des vampires. Et sans la parodie. La plupart du temps.

En bref, on se gorge de mystères, on rencontre des personnages fort sympathiques ou absolument ignobles, on mène l'enquête et on se marre bien. Que demander de plus?

Bonus: ce que j'en tire pour mon écriture

Ce livre a été un gros coup de coeur pour moi cette année. Souvent, j'ai beaucoup à en apprendre, de ces rares livres qui me touchent si profondément que je me dis "celui-là, j'aurais bien voulu l'écrire". En fait, Au service surnaturel de sa Majesté rassemble plusieurs ingrédients que j'aimerais porter dans ma propre fiction: une enquête/des mystères, des personnages atypiques et attachants, et une pointe d'humour et de légèreté. Je crois que c'est là mon trio gagnant d'autrice, quel que soit le genre, l'époque ou le ton du livre... (on retrouve le même trio dans l'autre série qui m'a beaucoup marquée cette année: les Chroniques du Radch)