Titre: Hunger Games, L'embrasement, La révolte
Auteur: Suzanne Collins
Première publication en Anglais: 14/09/2008
Edition Française disponible

Synopsis: Sur les ruines du continent Américain s'est constituée la nation de Panem, avec ses douze disticts de production et sa Capitale dirigeante. Chaque année, pour rappeler son pouvoir sur les districts, le Capitole choisit un garçon et une fille dans chacun d'entre eux pour participer au jeu de télé réalité le plus attendu de tout Panem: les Hunger Games (Jeux de la Faim). Les 24 enfants, âgés de 12 à 18 ans, se battront à mort dans une arène conçue spécialement pour les Jeux, diffusés en live pour tous les citoyens jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un gagnant. Pendant la sélection des 74èmes Hunger Games, une jeune fille de 16 ans venant du district 12, Katniss Everdeen, se porte volontaire pour prendre la place de sa sœur dont le nom a été tiré au sort. Elle a passé son enfance à se battre pour la survie de sa famille en braconnant du gibier dans les bois, et fait l'ultime sacrifice pour sauver la vie de sa sœur...

Pour résumer, Hunger Games a, pour moi, tous les ingrédients non seulement pour une bonne fiction dystopienne, mais pour un bon livre tout court. Un univers cohérent et bien pensé, un scénario addictif, des personnages profonds et touchants, et des éléments discrets de critique de notre société, qui nous font réfléchir après avoir lu la dernière page du livre...

Opinion Générale

Bien que ce soit un livre pour "jeunes adultes", je pense qu'il est agréable à lire à n'importe quel âge. Non seulement l'univers dystopien est très bien pensé et cohérent, mais l'histoire est équilibrée entre de l'action, la découverte de l'univers et du contexte, les éléments de surprise et le développement des personnages. En parlant de personnages, ils sont travaillés, gagnant en profondeur au fur et à mesure de l'histoire, dévoilant leur personnalité et leur psychologie. Ce que j'ai le plus apprécié, c'est la manière dont l'auteur parvient à nous inviter dans l'esprit de Katniss alors qu'elle vit l'expérience traumatisante d'être envoyée dans une arène pour s'entre-tuer avec d'autres adolescents.

L'Univers et l'Histoire

Hunger Games se situe dans un futur proche. Il n'y a pas de précision temporelle, mais on peut imaginer dans quelques siècles. Notre civilisation s'est effondrée après des changements climatiques et des guerres incessantes autour des dernières ressources disponibles, et une nouvelle société s'est organisée sur le continent Américain. Le Capitole est un futur de nos métropoles: technologie, mode, amusement télévisuel, et une consommation abondante. Les districts vivent en revanche dans des conditions d'extrême pauvreté, et travaillent à tout produire pour le Capitole: vêtements, produits électroniques, agriculture, charbon... et doivent soumettre leurs enfants à la peur d'être envoyés à la mort des Jeux depuis leurs 12 ans pendant six années.

C'est dans ce contexte que commence l'histoire du premier livre des Hunger Games. Dans le district 12, c'est le jour de la moisson: une célébration forcée durant laquelle le garçon et la fille candidats pour les Hunger Games sont tirés au sort. On voit le monde à travers les yeux de Katniss Everdeen, une jeune fille de 16 ans, qui se retrouve candidate pour les 74èmes Hunger Games. Raconté à la première personne, le récit nous emmène dans ce voyage terrifiant, des paillettes et robes de haute couture de plateaux télévisés jusqu'à sa probable condamnation à mort dans l'arène des Jeux.

J'aime beaucoup cet univers, d'abord parce qu'il est très cohérent au fil des trois livres, ensuite parce qu'il représente un futur plausible pour notre civilisation. Les explications de contexte sont disséminées intelligemment au fil de l'histoire sans rendre le texte lourd de descriptions et de leçons d'histoire. Je me suis sentie émotionnellement impliquée dans ce pays et ses habitants, comme s'ils étaient vraiment nos descendants. La cohérence et l'atmosphère de l'univers est aussi une clé de la réussite de l'histoire. Le scénario est équilibré, laissant le lecteur espérer une fin heureuse tout en craignant le pire. J'ai été plongée dans l'histoire, espérant que tel ou tel personnage survive, mais aussi espérant la chute du Capitole autant que les personnages du livre. Ce niveau d'implication dans une fiction est, pour moi, la marque d'un scénario rondement mené.

Les Personnages

Le personnage principal, Katniss, n'est ni le stéréotype de la jeune fille qui ne pense qu'à l'amour et aux cancans, ni l'héroïne parfaite qui obtient tout ce qu'elle veut. Elle est complexe, à la fois forte et extrêmement fragile, dévouée à sa famille mais très égocentrée. Sa psychologie et les effets des Jeux sont vraiment bien transcrits, si réels que le lecteur a en quelque sorte l'impression d'être affecté par son expérience, comme si nous étions dans l'arène avec elle.

Un personnage principal si réussi ne peut que faire une bonne lecture, surtout que l'histoire est racontée à la première personne. Bien sûr, il y a quelques couacs ("Mais pourquoi pense-t-elle ça? Elle ne voit pas ce qui se passe?") mais globalement c'est une belle réussite.

Les personnages secondaires sont également très bien pensés dans ce livre. Nous nous attachons à Primrose (la soeur de Katniss), Peeta (le garçon candidat du district 12), Haymitch (un gagnant d'un ancien Jeu), Cinna (le styliste de Katniss) et de tous les autres au fur et à mesure que Katniss apprend à les connaître. Nous découvrons leurs personnalités au fur et à mesure des évènements, intéressés d'en savoir plus sur leurs secrets, leurs sentiments... En un mot, les personnages, principaux ou secondaires, même les "méchants", sont si bien décrits et exploités qu'ils prennent vie dans l'imagination du lecteur, et, dans mon cas, ils sont l'une des raisons pour lesquelles j'ai été tant absorbée par cette lecture.

Hunger Games est, un peu comme certains jeux vidéo sur lesquels j'ai passé des heures, le genre d’œuvre que j'ai terminé avec un pincement au cœur, à la fois contente d'avoir trouvé une telle perle, et un peu nostalgique que ce soit déjà fini.