S-baignoire.jpeg

Avez-vous été confronté.e au raisonnement du "tout ou rien" parfois adopté lorsque vous tentez de vivre de manière plus éthique, écoresponsable ou autre? Faut-il faire un sans-faute lorsque l'on fait de son mieux pour aligner nos actions avec nos valeurs? Je préfère penser que chaque effort compte, et adopter la philosophie de "faire de son mieux"...

Note: comme je vous en parlais dans le billet sur le sens de la vie, l'une des manières de fabriquer du sens, c'est de mettre en cohérence nos pensées, nos paroles et nos actions au quotidien. En d'autres termes, vivre de manière plus engagée en rapport avec nos valeurs et convictions propres. Pour aborder ces sujets autour du minimalisme, de l'écologie, de l'éthique et autres, j'ai rassemblé les articles sous le tag Engagement ; si le thème vous intéresse.

Quoi? T'es écolo et tu prends des bains?

Pendant mes douze années d'étude et de jeune travailleuse à Lyon, je vivais dans un studio de 35m², avec une salle de bains de quelques mètres carré et une cabine de douche. Lorsque je suis montée à Paris, dans mon deux-pièces de 25m², la salle de bains était, chose que je pensais impossible, encore plus petite que celle que j'avais connue à Lyon.

Finalement, l'année dernière, nous avons emménagé en couple et pour la première fois de ma vie d'adulte, j'ai pu m'offrir le luxe de prendre un bain, chez moi, une fois de temps en temps. Avec sels parfumés et flopée de bougies. Jusqu'à ce que Monsieur me dise, un jour "Tu n'arrêtes pas de me dire que l'écologie compte pour toi, alors pourquoi tu prends des bains? Tu ne devrais pas faire attention à ta consommation d'eau plutôt?"

Il a raison. L'un des volets d'une vie plus éco-responsable consiste à consommer les ressources naturelles avec parcimonie. Un volet que je m'efforce d'appliquer dans ma vie quotidienne autant que possible (en cuisant plusieurs plats d'affilée dans le four pour tirer partie de sa chaleur, en éteignant l'eau pendant que je me passe du savon ou que je me lave les dents, en préférant marcher dès que je peux, etc.)

Mais après avoir connu des salles de bains de deux mètres carrés pendant toute ma vie de jeune adulte, dois-je me priver de bains parce que "je suis écolo"? Prendre un bain annule-t-il tous les efforts éco-responsables que j'essaye d'appliquer au quotidien? Dois-je être parfaite pour m'engager pour l'écologie? Et si j'ai le malheur de vouloir prendre un bain le dimanche matin, cela signifie-t-il que je doive laisser tomber tous mes autres efforts puisque "je n'agis pas en écolo"?

Se focaliser sur les erreurs et les incohérences

Malheureusement, ce genre de discours culpabilisant se retrouve souvent, dès que l'on essaye de s'engager et de faire des efforts.  On va reprocher à la blogueuse qui partage sa démarche engagée de ne pas aller assez loin, ou à celui qui réduit sa consommation de viande de ne pas cesser de consommer tout produit animal immédiatement.

Certains vont pointer ces manquements parce qu'ils et elles sont aussi engagé.e.s, que le sujet leur tient tant à coeur qu'ils souhaiteraient que tout le monde accomplisse le même niveau d'efforts qu'elles et eux. Et je comprends! Lorsque l'on s'attache à des valeurs, il est normal de vouloir les défendre. On a envie de changer les autres, mais tout le monde n'évolue pas au même rythme, et tout le monde n'attache pas autant d'importance aux mêmes valeurs.

D'autres pointeront peut-être ces incohérences parce qu'ils ont besoin de trouver des erreurs dans votre comportement pour se rassurer que personne n'est parfait, pour éviter d'être pris eux-même en défaut dans leurs propres habitudes. Ou parce qu'ils en ont marre qu'on leur fasse la morale. Que nous leur fassions effectivement la leçon ou pas, beaucoup de gens se sentent jugés lorsque l'on n'agit pas comme eux. Comme disait Brassens, "non les braves gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux". Alors ils cherchent une faille.

Malheusement, ce genre d'attitude négative n'est pas particulièrement motivante. De venir me dire que je n'ai pas le droit de profiter de ma baignoire une fois de temps en temps ne va pas améliorer mes actions éco-responsables. Au contraire, demander à celui ou celle qui fait de son mieux d'être le citoyen parfait qui agit pour toutes les causes tout le temps, peut décourager. Décourager de continuer à s'engager vers nos valeurs, et/ou décourager d'en parler autour de soi et de défendre ces valeurs (toujours dans la bienveillance, bien sûr, sinon c'est tout aussi contreproductif).

Je n'ai pas le contrôle sur les personnes qui abordent l'engagement avec cette négativité. Et mon but n'est pas de leur faire la leçon, mais plutôt de vous dire: ne vous laissez pas décourager si vous avez fait face à ce type de critiques dans vos efforts pour mener une vie plus en phase avec vos convictions!

Pour garder le cap, voici ce que je garde en tête: l'essentiel, c'est de faire de mon mieux. Ce n'est pas pour rien que "faire de son mieux" est l'un des quatre accords toltèques. Personne n'est parfait. Le seul moyen de ne pas laisser d'empreinte sur la planète, c'est de ne pas exister. En plus, tout le monde n'est pas forcément d'accord sur la manière de vivre certaines valeurs, donc il y aura toujours des mécontents. En fonction de nos styles de vie et de nos contraintes (régionales, financières, de temps...), nous pourrons implémenter certains efforts pour agir en fonction de nos valeurs, mais personne ne peut être un citoyen modèle.

Célébrer chaque petit effort

À chacun sa vision de l'engagement, mais laissez-moi vous partager la mienne : je trouve qu'il est plus constructif de se focaliser sur le positif, sur le chemin accompli plutôt que sur tous les éléments sur lesquels je pourrais faire encore mieux. Certes, chacun de nos efforts individuels n'est qu'une goutte dans l'océan, mais chacun d'entre nous est une infime partie du monde. Ainsi, changer le monde commence par soi-même, aussi dérisoire que semblent nos efforts à l'échelle de la planète. Il vaut mieux faire un petit geste que de ne rien faire du tout. Comme dit un proverbe chinois:

"Ne crains pas d'aller lentement. Crains seulement d'être à l'arrêt".

La quête de sens est un chemin qui dure toute une vie. Idem pour l'engagement concret en faveur de vos valeurs et de vos convictions. Faire de petits efforts, qui deviennent habitudes et laissent le champ libre pour de nouveaux petits efforts permet d'avancer, chacun à son rythme. Faites de votre mieux, avancez selon vos possibilités, et célébrez chacun de vos petits efforts.

En plus, il est bien plus constructif de voir le positif au lieu de critiquer le négatif. Lorsque l'on félicite quelqu'un pour les efforts accomplis, peut-être cela lui donnera-t-il l'énergie d'aller plus loin. Personne n'est passé de rien à comportement modèle en une nuit. C'est normal de commencer par de petites choses. C'est normal de se concentrer sur ce qu'il nous est possible de changer maintenant, en fonction des contraintes de la vie. Même le changement le plus modeste est méritoire, car c'est un premier pas vers une vie plus engagée.

Et surtout, vos efforts sont légitimes. Même s'il vous reste du chemin à parcourir, même si certaines de vos actions ne sont pas en cohérence avec vos convictions, cela n'enlève pas la valeur de ce que vous avez accompli, ni votre crédibilité en tant que personne engagée. Cela ne vous enlève pas le droit de continuer, ni la joie de vous voir évoluer peu à peu vers la personne que vous souhaitez devenir.

Nous sommes tous humains. En cherchant bien, il existe des incohérences dans les actions de tout le monde, sans exception. Et c'est naturel. Alors lâchez prise sur la pression d'être parfait. Contentez-vous de faire de votre mieux. Certains seront plus engagés que vous. D'autres ne font pas la moitié de ce que vous faites. Beauoup vous critiqueront. Laissez-les dire et célébrez ce que vous avez accompli! Et surtout, laissez-vous le temps de grandir à votre rythme. Chaque effort compte, alors ne baissez pas les bras...